2 min de lecture Société

"L'erreur, c'est de reconnaître que tu as dit une bêtise", dit Isabelle Saporta

Et si reconnaître une erreur était une erreur ? Selon une essayiste, s'excuser sur les réseaux sociaux nous ferait perdre de la crédibilité face à la communauté en ligne.

Isabelle Saporta C'est Comme ça Isabelle Saporta
>
"L'erreur, c'est de reconnaître que tu as dit une bêtise", dit Isabelle Saporta Crédit Image : Nicolas Gouhier / RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Saporta
Isabelle Saporta

Ce n'est pas moi qui le dis, c'est une essayiste du Point, celle qui expliquait déjà que les hommes étaient obsolètes. À l'en croire, les excuses seraient complètement "has-been". Pourquoi ? Parce qu'à l'heure de l'hystérisation du débat public suscité par les réseaux sociaux, l'excuse vous fait immanquablement passer pour une "mauviette". 

En clair, Twitter a érigé la mauvaise foi au rang de vérité suprême. Dans notre joli petit monde, l'erreur, ce n'est pas de dire une bêtise. Non, non, ça c'est pas grave du tout, ça peut même faire le buzz. Non, le problème, c'est de reconnaître que t'en as dit une. Pourquoi ? Parce que tu fragilises ta communauté

Alors, ta communauté, c'est qui ? C'est tous les gens qui, quoi que tu dises, sont de ton côté. Et toutes ces bonnes gens qui sont montées au créneau pour te défendre à la vitesse de la twittosphère se sentent trahis par les excuses. Les autres, ceux qui te détestent quoi qu'il arrive - tes "ennemis", en somme - loin d'être calmés par ton mea culpa, continuent à s'acharner sur toi.

À lire aussi
Des femmes juives prient près du Mur des Lamentations, dans la cité de Jérusalem, la veille de la fête de Yom Kippour religions
Qu'est-ce que Yom Kippour, la fête juive du grand pardon ?

Contre-attaquer plutôt que s'excuser

Imaginez-vous, ce matin, affirmer que "pour être en bonne santé, il faut arrêter de respirer". Là, surtout, ne reconnaissez jamais avoir dit une sottise, au contraire : contre-attaquez. "Si j'ai dit qu'il fallait arrêter de respirer, c'est parce que je suis conscient de la pollution atmosphérique. Chaque jour, elle nous fait courir de grands dangers pour notre santé". Et là, vous séchez tout le monde

Et puisqu'on y est, j'avais envie de passer un petit message aux industriels des pesticides. Si par exemple, chers industriels, vous étiez ce matin rongés par le remord de voir Nicolas Hulot quitter le gouvernement, et que vous décidiez de vous excuser et d'avouer publiquement que oui, vous vous êtes trompés, que vos produits phyto sont cancérigènes. 

Eh bien, n'en déplaise à l'essayiste du Point qui nous dit que les excuses ne servent à rien, n'en déplaise à votre communauté d'aficionados qui adore les pesticides, je suis prête à parier que les insectes décimés, les oiseaux dézingués, les cours d'eau pollués, eux, seront soulagés. C'est déjà ça et c'est comme ça.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Polémique Excuses
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794574201
"L'erreur, c'est de reconnaître que tu as dit une bêtise", dit Isabelle Saporta
"L'erreur, c'est de reconnaître que tu as dit une bêtise", dit Isabelle Saporta
Et si reconnaître une erreur était une erreur ? Selon une essayiste, s'excuser sur les réseaux sociaux nous ferait perdre de la crédibilité face à la communauté en ligne.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/l-erreur-c-est-de-reconnaitre-que-tu-as-dit-une-betise-dit-isabelle-saporta-7794574201
2018-08-29 09:16:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/pSXeZBRnxJTl8U_CwemUvQ/330v220-2/online/image/2018/0824/7794522112_isabelle-saporta.jpg