1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. L'"appel du 18 joint" demande la légalisation du cannabis
2 min de lecture

L'"appel du 18 joint" demande la légalisation du cannabis

Le Collectif d'information et de recherche cannabiques a lancé un "appel du 18 joint" pour la dépénalisation du cannabis.

Manifestation à Paris pour la légalisation du cannabis le 9 mai 2015
Manifestation à Paris pour la légalisation du cannabis le 9 mai 2015
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Environ un millier de personnes se sont rassemblées jeudi dans le parc de la Villette à Paris pour réclamer comme chaque année la dépénalisation de l'usage de cannabis lors du traditionnel "appel du 18 joint" organisé par le Collectif d'information et de recherche cannabiques (Circ). Cet appel, lancé à l'origine par le journal Libération en 1976, a été relancé ensuite par le Circ en 1993. Depuis, "chaque année, le 18 juin à 18h00, on se retrouve pour réclamer la dépénalisation de l'usage de toutes les drogues, et la légalisation de la production et de la distribution de cannabis", a expliqué Jean-Pierre Galland, fondateur du Circ, au milieu des fumeurs rassemblés sur la pelouse du parc de la Villette. 

"On pensait qu'en l'an 2000, l'usage du cannabis serait dépénalisé", se souvient-il, mais "force est de constater que le débat est bloqué en France", alors que plusieurs États américains ont récemment légalisé la consommation -certains uniquement pour usage thérapeutique-, et que l'Uruguay autorise même depuis 2013 la culture de cannabis à titre personnel ou au sein d'un club. 

Une demande d'ouverture de débats

"En France, les gens observent ce qui se passe à l'étranger et attendent. Mais il n'y a aucune traduction politique", a regretté Farif Ghéhiouèche, fondateur de Cannabis sans frontière. Il aimerait "que le gouvernement essaie au moins d'ouvrir le débat, et organise par exemple des États généraux des conduites addictives". D'autant que de nombreux usagers sont régulièrement interpellés, pour consommation, possession, production, revente ou incitation à la consommation. L'usage de cannabis est passible d'un an de prison et 3.750 euros d'amende. Dans la pratique, la majorité écopent d'amendes. 

Le cannabis est le produit illicite le plus consommé en France, expérimenté au moins une fois dans leur vie par quatre personnes sur 10 chez les 18-64 ans, selon le baromètre Santé 2014. "Mais l'usage problématique de cannabis ne concerne qu'une petite partie des usagers", assure Kshoo, porte-parole du Circ. "Aujourd'hui on interdit l'accès à des produits naturels comme le cannabis, mais on laisse passer des cannabinoïdes de synthèse, des substances qui peuvent avoir des impacts graves sur la santé", souligne Farid Ghéhiouèche. 

À lire aussi

Quant au cannabis thérapeutique, "aucune évolution non plus", s'est désolée Fabienne Lopez, de l'association Principes actifs, qui défend l'usage médical du chanvre. "On attend toujours la mise en vente du Sativex", médicament à base d'extraits de cannabis qui a reçu le feu vert des autorités sanitaires en 2014. Elle souligne aussi que "le cannabis coûte beaucoup moins cher" que les traitements coûteux que doivent prendre de nombreux malades. 

D'autres rassemblements similaires étaient organisés à Lille, Lyon, Marseille, Papeete, Poitiers, Toulon, Tours, Henin-Baumont. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/