1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Jungle de Calais : l'évacuation est "un soulagement, une inquiétude en même temps" pour la maire
2 min de lecture

Jungle de Calais : l'évacuation est "un soulagement, une inquiétude en même temps" pour la maire

INVITÉ RTL - L'État vient d'annoncer l'évacuation du camp de migrants lundi 24 octobre à 8 heures. Natacha Bouchart appelle le gouvernement à prendre ses responsabilités en cas de débordements.

La maire Les Républicains de Calais, Natacha Bouchart
La maire Les Républicains de Calais, Natacha Bouchart
Crédit : AFP
Évacuation de la jungle de Calais : "un soulagement, une inquiétude en même temps" pour Natacha Bouchart
04:10
Philippe Robuchon & Clémence Bauduin

"Enfin." Natacha Bouchart, maire Les Républicains de Calais, avait fait du démantèlement de la jungle, le camp de migrants établi en bordure de sa ville, son principal combat. Vendredi 21 octobre, l'État a annoncé le lancement de cette évacuation. Elle aura lieu lundi 24 octobre dès 8 heures du matin et devrait prendre "une semaine". Au total, 7.000 migrants devraient quitter les lieux et être acheminés à bord de bus vers des centres d'accueil. "C'est un soulagement, une inquiétude en même temps. Cela fait maintenant des mois que je demande ce démantèlement", rappelle la maire de Calais.

L'inquiétude dont Natacha Bouchart fait part concerne la diffusion de la date, qui, selon elle, devait rester dans la discrétion des responsables le plus longtemps possible. “Il m’avait été dit qu’il n'y aurait pas de communication sur la façon de faire d'ici dimanche et les choses se sont déroulées autrement", explique l'édile, qui craint la mise en place d'obstacles par les opposants à l'évacuation. 

D'ici là, on risque des événements dans la ville.

Natacha Bouchart, maire de Calais

"On est ici un peu en tension pour savoir s’il n'y aura pas, dès demain, des crispations ou des événements mis en place par les No Borders (des militants d’extrême-gauche, ndlr) présents à Calais". Une centaine d'entre eux a d'ores et déjà prévu de perturber l'opération. "Le dispositif va être prêt à partir de dimanche après-midi et, d’ici-là, on risque des événements dans la ville", craint la maire de Calais, qui impute ce manque de discrétion au gouvernement. "C’est de sa responsabilité (...). Il a dû mettre les moyens en place”, affirme-t-elle, ajoutant que "la ville n’a pas été associée" au dispositif. "S’il y a des incidents, ce sera au gouvernement de prendre et d'assumer toute sa responsabilité", ajoute Natacha Bouchart.

Quant à l'assurance de ne pas voir se reproduire un nouveau Calais ailleurs, "rien ni personne n'est capable de le garantir" selon Natacha Bouchart, qui assure que personne ne lui a communiqué de "dispositif global pour empêcher les retours à Calais". "Il faudra que l’on puisse nous garantir qu’on ne va pas reproduire ces événements", poursuit-elle.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/