1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Joyeuses fêtes : visite dans l'antre du marché de Rungis
2 min de lecture

Joyeuses fêtes : visite dans l'antre du marché de Rungis

REPLAY / REPORTAGE - Le week-end entre Noël et le Nouvel An est décisif pour les grossistes et les commerçants.

Le marché de Rungis se porte bien le week-end entre Noël et le nouvel an
Le marché de Rungis se porte bien le week-end entre Noël et le nouvel an
Crédit : ADRIEN MORLENT / AFP
Joyeuses fêtes : visite dans l'antre du marché de Rungis
03:49
Sina Mir & Cécile De Sèze

Le repas de Noël est passé mais pas celui du Nouvel An. Pour l'entre deux tours, plongée à Rungis dans le ventre de Paris en ce weekend décisif. 120.000 tonnes de marchandises transitent par le plus grand marché de produits frais d'Europe en ce moment. Jérôme et Philippe, deux poissonniers et acheteurs viennent à Rungis "depuis plus de huit ans" pour "faire des affaires". Ils se donnent rendez-vous à 2h30 du matin au pavillon de la marée. 

Sous les centaines de néons blancs, les homards et les soles n'ont jamais autant brillé. L'immense hangar destiné aux poissons et aux fruits de mer est en ébullition. Entre acheteurs et vendeurs tout le monde se connaît, le tutoiement s'impose. Chaque prix se négocie en une fraction de seconde. La semaine est décisive, les fêtes de fin d'année sont la moitié du chiffre d'affaire des deux poissonniers.

Satisfaction chez les grossistes

Côté grossiste, le cauchemar des vendeurs de Rungis c'est la palette pleine qui part à la benne donc quand cette semaine tous les matins au bout d'une heure les piles sont vides comme chez Reynaud ,Thierry D'Andrea son directeur ne peut être que satisfait. Et même de l'autre côté de Rungis à la volaille cette année, la grippe aviaire n'aura finalement pas limité l'approvisionnement, même s'il a fallu quelques acrobaties et de la souplesse afin de jongler entre les fournisseurs pour y arriver témoigne le professionnel. 

Les meilleures ventes de l'époque

Les grands classiques, foie gras et fruits de mer, restent le plus gros des ventes à cette époque. Mais au fin fond du pavillon viande - un repère de plus en plus à la mode pour les fêtes - François Fauchère joue le maître des clefs. Avec son petit chapeau et ses lunettes branchées, ce boucher bon vivant importe des pièces de bœuf exceptionnelles du monde entier... bœuf de Kobe ou encore Angus écossais.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/