1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Journée santé morte" : "On veut surtout alerter les patients des dangers qui menacent", lance Gilles Urbejtel
1 min de lecture

"Journée santé morte" : "On veut surtout alerter les patients des dangers qui menacent", lance Gilles Urbejtel

REPLAY / INVITÉ RTL - Les professionnels de santé vont mener vendredi une journée de grève contre le projet de loi de Marisol Touraine. Une journée "pour ne pas fermer toujours", selon l'un des responsables de MG France.

Tiers Payant : les médecins maintiennent la pression sur Marisol Tourraine
Tiers Payant : les médecins maintiennent la pression sur Marisol Tourraine
Crédit : FRED TANNEAU / AFP
"Journée santé morte" : "On veut surtout alerter les patients des dangers qui menacent", lance Gilles Urbejtel
03:50
"Journée santé morte" : "On veut surtout alerter les patients des dangers qui menacent", lance Gilles Urbejtel
03:45
micros
La rédaction numérique de RTL

Vendredi 13 novembre, les spécialistes et généralistes libéraux sont appelés à faire grève pour protester contre la loi de santé. Après de nombreuses manifestations contre la généralisation du tiers-payant, les médecins libéraux devraient se mobiliser en masse vendredi 13 novembre. "On attend une forte mobilisation. Cette fois-ci, on a en plus d'autres professions qui se mettent en mouvement car les spécialistes et un certain nombre de professions nous rejoignent", explique Gilles Urbejtel, l'un des responsables de MG France, principal syndicat des généralistes. 

Depuis maintenant un an, les médecins se font entendre mais ne font pas fléchir Marisol Touraine, la ministre de la Santé. Mais l'objectif est tout autre pour Gilles Urbejtel. "On n'espère pas forcément faire reculer le gouvernement mais on veut surtout alerter les patients des dangers qui menacent si la loi est appliquée telle quelle puisqu'elle répond à une commande politique et qu'elle ne nous donne pas les moyens politiques de l'appliquer", détaille-t-il. 

Et si certains critiquent la complexification administrative lors de ces grèves, Gilles Urbejtel voit plus loin. "Une journée de grève c'est une façon de montrer aux patients ce qui peut se passer. Et fermer un jour pour ne pas fermer toujours c'est une bonne solution", conclut-il. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/