1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. JO 2024 : la candidature de Paris manque d'argent
2 min de lecture

JO 2024 : la candidature de Paris manque d'argent

Info RTL REPLAY / INFO RTL - En février prochain, le Comité olympique français doit remettre le dossier technique de candidature qui, pour l'instant, peine à collecter de l'argent.

Rémi Sulmont
Rémi Sulmont
JO 2024 : la candidature de Paris manque d'argent
03:24
Loïc Farge
Loïc Farge

Le rêve n'a pas démarré comme prévu. Le Comité olympique français comptait sur les dons pour financer une partie de la candidature. Or les bracelets "Je rêve des jeux" (au prix de 2 euros), lancés en septembre dernier par un clip avec toutes nos grands stars du sport (Tony Parker ou Karim Benzema, notamment), ont fait un flop. Les 2.024 grands donateurs, recrutés pour donner 2.024 euros par an jusqu'à la désignation en 2017, sont très loin d'être 2.024. Au total, on estime qu'il faut 60 millions pour financer et organiser une bonne candidature, et pour gagner. Trente millions sont financés par les pouvoirs publics. Les organisateurs doivent trouver l'autre moitié, les 30 millions restant dont 10 millions grâce aux dons. Mais - c'est une information RTL - sur ces 10 millions, seuls 629.000 euros sont dans les caisses.

De l'argent nécessaire au "lobbying"

"C'est un problème sérieux dont je vais m'occuper dès début janvier", nous a confié Patrick Kanner. Cela signifie-t-il que les pouvoirs publics vont mettre la main à la poche ? Réponse du ministre des Sports : "Non, il va falloir que le comité trouve l'argent en mobilisant les entreprises". Plusieurs pistes pour relancer le financement sont à l'étude.

On a besoin de cet argent pour faire du "lobbying". Le comité de candidature a fait quelques recrutements qui ne doivent pas être donnés, mais qui pourraient être payants. Le comité est notamment allé chercher Mike Lee. Cet Anglais, patron d'une agence de communication puissante, a fait gagner Londres pour les JO de 2012. Désormais, Mike Lee participe régulièrement aux réunions du comité. On a embauché aussi un autre routard des Jeux : Étienne Thobois. Ce joueur de Badminton, qui était à Atlanta en 1996, a conseillé Tokyo pour 2020. Là, il est directeur général, en fait le chef d'orchestre. Trente-sept permanents travaillent actuellement autour de lui au comité de candidature.

"Effet 13 novembre"

Il y a eu un effet 13 novembre sur la candidature de Paris. La France s'est retrouvée, tout à coup, au centre des attentions du monde entier. Y compris de celles des membres du Comité international olympique (CIO). "Si le vote avait lieu la semaine prochaine, Paris serait sans doute désignée", dit même un observateur qui suit le dossier de près. La désignation, ce n'est qu'en septembre 2017.

À lire aussi

Mais "il s'est passé quelque chose qui va rester", nous confie Bernard Lapasset, le co-président du comité olympique. "On a senti, de la part des membres du CIO mais aussi de l'ensemble du monde sportif international, un soutien extrêmement fort. Il y a eu une mobilisation spontanée, un élan extraordinaire autour de ce qui s'est passé en France. C'est un moment d'émotion et de compassion. Il s'est passé quelque chose, et ce quelque chose on va le dépasser", assure-t-il. Alors il n'est évidemment pas question de surfer sur cet "effet 13 novembre". Mais les attentats, effectivement, ont changé la nature de la candidature de Paris. Ils lui ont donné sans doute un sens plus profond.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/