1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Jihadisme : un jeune français a menti à l'État islamique pour s'enfuir de Syrie
2 min de lecture

Jihadisme : un jeune français a menti à l'État islamique pour s'enfuir de Syrie

Un jihadiste français de 29 ans, désormais incarcéré en France, affirme avoir menti à l'État islamique qui avait fait de lui un prisonnier.

Des combattants de l'État islamique (photo diffusée sur le compte Twitter jihadiste Al-Baraka news le 11 juin 2014) (archive).
Des combattants de l'État islamique (photo diffusée sur le compte Twitter jihadiste Al-Baraka news le 11 juin 2014) (archive).
Crédit : ALBARAKA NEWS / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon

Placé en détention provisoire par la justice française pour avoir combattu au service de l'État islamique pendant neuf mois, Mehdi Ben Saïd semble avoir un parcours de jihadiste assez étonnant. Ce jeune homme de 29 ans, originaire de Montfermeil (Seine-Saint-Denis), affirme avoir menti au groupe terroriste pour pouvoir s'enfuir de Syrie et revenir dans l'Hexagone.

Selon les informations du Parisien, Mehdi Ben Saïd est un ancien comédien qui s'est notamment illustré dans la pièce Ados, l'un des succès du théâtre du Point-Virgule à Paris. Mais quelques années plus tard, alors que sa vie familiale est perturbée, il se radicalise auprès d'une filière de jihadistes franciliens. En mai 2014, il décide de se rendre en Turquie pour rejoindre Raqqa, la ville syrienne connue pour être le fief de Daesh.

Il fait croire qu'il compte retourner au combat

Petit à petit, il gravit les échelons, passant d'un rôle de patrouilleur de rue à celui de soldat dans les troupes chargées d'affronter les Kurdes qui protègent le point stratégique de Kobané, au nord de la Syrie. Après plusieurs mois de combats qui mettent en ruine la grande ville, l'EI perd la bataille et Mehdi Ben Saïd est touché par des éclats de grenade. Selon ses dires, cette blessure l'a convaincu en juillet dernier de rentrer en France. Pour l'en empêcher, l'État islamique l'emprisonne près de la frontière turque.

Toujours déterminé à rentrer en France, il se met alors à mentir à ses geôliers et leur assure qu'il compte finalement retourner au combat. Grâce à ce subterfuge, Mehdi Ben Saïd retrouve la liberté et s'empresse de rejoindre la Turquie. Alertés par cette traversée de frontière, les services de renseignement français demandent aux autorités turques de procéder à l'arrestation du jeune homme. Celle-ci se déroule le 11 novembre, alors qu'il était en train de se faire poser des implants capillaires dans un salon de coiffure. Extradé, le Français a été mis en examen par un juge parisien puis incarcéré. Quant à la filière francilienne qui lui avait permis de rejoindre la Syrie, elle a été démantelée.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/