1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Jean-Pierre et Arlette, ou l'histoire d'un coup de foudre en Ehpad en plein confinement
5 min de lecture

Jean-Pierre et Arlette, ou l'histoire d'un coup de foudre en Ehpad en plein confinement

REPORTAGE - Arlette et Jean-Pierre, résidents d'un Ehpad près de Paris, sont tombés amoureux en mars, juste avant le confinement, bravant les interdits pour vivre leur amour.

Jean-Pierre et Arlette, tombés amoureux en Ehpad pendant le confinement
Jean-Pierre et Arlette, tombés amoureux en Ehpad pendant le confinement
Crédit : Nicolas Burnens/RTL
2020 a changé ma vie : Jean-Pierre et Arlette, coup de foudre en Ehpad en plein confinement
04:54
Nicolas Burnens - édité par Jérémy Billault

Toute la semaine, RTL part à la rencontre de ceux qui ont profité de 2020, année si particulière, pour bousculer leur quotidien. Et pour ce premier épisode, place à une histoire très touchante, celle d'Arlette et de Jean-Pierre, âgés respectivement de 82 et de 84 ans, deux résidents d'une maison de retraite de Bonneuil-sur-Marne, près de Paris. Ils sont tombés amoureux, en plein confinement.

Comme beaucoup d'autres Ephad en France, leur établissement a été frappé de plein fouet par le coronavirus. Mais eux, ont décidé de continuer de s'aimer, au-delà des gestes barrières.

Ce jour-là, dans le réfectoire, Jean-Pierre et Arlette participent au loto organisé par l'établissement. Les deux résidents sont toujours assis à la même table, là où ils se sont rencontrés pour la première fois. 

Première rencontre à quelques jours du confinement

C'était au mois de mars, quelques jours avant le confinement.  Longs cheveux blancs, sourire malicieux, Arlette s'en rappelle très bien : "Un beau jour Jean-Pierre est arrivé et ils l'ont assis juste à côté de moi. La dame qui était en face de moi me dit 'Dis donc, il te regarde celui-là', et moi aussi je le regardais."

À lire aussi

Sous le charme, Jean-Pierre finit par faire le premier pas. Après le repas, il lui propose de la raccompagner jusqu'à son appartement. "Il m'a dit ' Vous raccompagner, c'est un plaisir, parce que vous parlez comme les pieds-noirs'. Et j'ai dit : 'Je suis une pied-noir !' C'était le bouquet", explique Arlette.

Arlette a grandi en Algérie, rapatriée en France suite à l'indépendance. Jean-Pierre y a fait son service militaire avant d'y retourner plusieurs années en tant que gendarme. "Comme on avait connu l'Afrique du Nord tous les deux, on avait gardé des souvenirs." 

Cet amour que j'ai eu pour lui, on ne peut pas l'imaginer

Arlette, résidente d'un Ehpad à Bonneuil-sur-Marne.

Jour après jour, ils discutent, apprennent à se connaître. Un soir, Arlette invite Jean-Pierre à entrer quelques minutes dans sa chambre. "Il s'est assis gentiment, détaille-t-elle. Il a mis sa main sur ma main, je ne l'ai pas trouvé désagréable. Cet amour que j'ai eu pour lui, on ne peut pas l'imaginer. Ne croyez pas que j'en rajoute ! Il écoute toutes mes histoires, et j'en ai des histoires".

Si leur histoire d'amour démarre au même moment que le confinement, qui impose des règles très strictes à respecter dans la maison de retraite, les deux résidents ont tout fait pour continuer à se voir, malgré les restrictions.

Ils doivent rester confinés dans leur logement, interdiction de quitter leur étage. Jean-Pierre est au premier. Arlette vit au second. Elle est en chaise roulante. La nuit, elle s'engage, sans un bruit, dans les couloirs.

Avec ce qu'on s'aime, ce n'est pas possible d'attraper quoi que ce soit !

Arlette, résidente d'un Ehpad à Bonneuil-sur-Marne.

Jean-Pierre est flatté de la voir braver autant d'interdits. Alors, l'ancien militaire fait lui aussi le mur, entre deux rondes d'infirmiers. Malgré la peur du virus, les deux amoureux passent du temps ensemble. Ils traversent cette crise à deux.

"Rien ne m'a été difficile, du moment qu'il était là, confesse Arlette. Avec ce qu'on s'aime, ce n'est pas possible d'attraper quoi que ce soit !" Aujourd'hui, ils n'ont plus besoin de se cacher, ils vivent au même étage. 

Très pudique, Jean-Pierre n'aurait jamais imaginé rencontrer quelqu'un à 84 ans, en plein confinement : "Ce n'est plus l'amour passionnel des 20 ans, ce n'est plus l'amour charnel, mais c'est peut-être plus profond, on s'attache un peu plus." Dans le réfectoire, le loto touche à sa fin. Demain, Jean-Pierre et Arlette s'installeront, à nouveau, à la même table, désormais inséparables.

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/