1 min de lecture Histoire de France

Jean Moulin, de la maison de Caluire à la prison de Montluc

C'est dans sa maison de Caluire que le héros de la Résistance a été arrêté le 11 juin 1943.

Sophie Aurenche Les Trésors de la République Sophie Aurenche
>
Jean Moulin, de la maison de Caluire à la prison de Montluc Crédit Image : AFP / Archives, Philippe Merle | Crédit Média : Sophie Aurenche | Durée : | Date : La page de l'émission
Sophie Aurenche et Loïc Farge

Vue de l'extérieur, la maison de Caluire est imposante. Deux étages, un crépis sombre. Dès l'entrée, accueillis par les deux guides, Marianne et Camelia, on sent qu'ici il s'est passé quelque chose. Le lieu a abrité une réunion très importante de la Résistance, le 21 juin 1943. Une réunion secrète chez le docteur Dugoujon, qui avait prêté sa salle à manger, sans savoir qu'il s'agissait d'une rencontre stratégique de huit hommes, dont Jean Moulin, pour réorganiser la Résistance. Sauf que cette réunion n'aura jamais lieu. Les Allemands arrivent trois minutes plus tard.

Les SS vont directement dans la salle d'attente. Cinq personnes. Cinq chaises que l'on voit encore aujourd'hui. "Vous avez trois chaises qui représentent trois résistants - Jean Moulin, le colonel Schwarzfeld et Raymond Aubrac. Les deux autres représentent les deux patientes qui attendaient malheureusement pour une véritable consultation", raconte une de nos guides. "Quand ils arrivent dans la maison, les trois résistants n'ont pas donné le code - 'Nous sommes les amis d'André Lassagne' - pour être installés à l'étage, et ils sont donc installés par erreur dans cette pièce", poursuit-elle.

La salle d'attente du cabinet de la maison du docteur Dugoujon, où a été arrêté Jean Moulin
La salle d'attente du cabinet de la maison du docteur Dugoujon, où a été arrêté Jean Moulin Crédit : AFP / Archives, Philippe Merle

Tout se passe en quelques minutes à peine. Un résistant parvient à fuir. Les sept autres, dont Jean Moulin et Raymond Aubrac, sont arrêtés et emmenés à Montluc. La prison militaire, réquisitionnée par la Gestapo, se trouve à sept kilomètres de là. Jean Moulin n'a jamais parlé, jamais craqué. Transféré à la Gestapo à Paris, puis à Berlin, il succombe à ses blessures dans le train qui l'emmène en Allemagne le 8 juillet 1943.

Le Mémorial Jean Moulin, géré par la mairie de Caluire, et le Mémorial de la prison de Montluc se visitent tous les jours. Indispensable pour comprendre le combat de ce grand défenseur de la République. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Histoire de France Patrimoine Seconde Guerre mondiale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants