1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Jacques Attali : "le roman policier permet d'entrer dans la monstruosité humaine"
1 min de lecture

Jacques Attali : "le roman policier permet d'entrer dans la monstruosité humaine"

INVITÉ - Jacques Attali sort son premier roman policier, "Premier arrêt après la mort". Un thriller qui lui permet de parler différemment aux gens.

Jacques Attali.
Jacques Attali.
Crédit : Fred Dufour - AFP
Jacques Attali : "le roman policier permet d'entrer dans la monstruosité humaine"
50:40
micros
La rédaction numérique de RTL

Jacques Attali est un peu l'homme aux mille vies. Conseiller de François Mitterrand dès 1981, il a été auditeur du Conseil d'État, puis maître de conférences en sciences économiques, et s'est lancé dans la fondation de diverses organisations dont Action Contre la Faim, en compagnie d'autres intellectuels. Il a écrit et publié plus d'une soixantaine de livres, mais pour la première fois il sort un roman policier, Premier arrêt après la mort. Lui qui affirme que l'"on ne sait jamais qui on est, mais simplement ce que l'on aimerait devenir", voit dans l'écriture d'un thriller une façon différente de parler aux gens.

"Le roman policier permet d'entrer dans la monstruosité humaine plus facilement qu'un essai", raconte-t-il au micro de RTL. "La monstruosité est partout, dans l'Histoire, dans la politique, dans notre vie", poursuit-il. Son roman semblerait presque collé à l'actualité. Sans en dévoiler trop, Jacques Attali précise que l'intrigue se déroule dans un futur proche où il est question d'un cabinet noir...

Humble et constructif

Et face à cette monstruosité humaine, et à toute "l'actualité (qui n') est qu'une gigantesque blague", lui reste à la recherche d'un "altruisme intéressé".  C'est pour cela qu'il créé la fondation "Positive Planète", qui oeuvre dans les quartiers populaires d'une quarantaine de pays. Le but est d'accompagner les entrepreneurs en devenir en leur proposant un accompagnement individualisé, gratuit, et d'aider les gens fragiles à sortir de la précarité. Pour Jacques Attali, c'est en aidant cet entrepreneuriat du devenir, en se montrant altruiste, que l'on peut fortifier sa croissance économique et faire profiter la société entière. 

Car ce que cherche l'intellectuel au final, c'est à être utile. " J'aimerais devenir quelqu'un qui aura fait en sorte très modestement qu'après moi, le monde autour de moi, aussi largement possible, aura été un petit peu moins violent, un peu moins barbare". Humble, efficace et constructif... c'est ainsi que Jacques Attali aimerait que l'on se souvienne de lui.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/