2 min de lecture Agriculture

Influenza aviaire : "Des emplois et des exploitations pourraient disparaître" estime l'éleveur et syndicaliste Christophe Barrailh

REPLAY - Le vide sanitaire qui doit être appliqué dans les départements du Sud-Ouest touchés par la maladie animale inquiète les éleveurs.

Christophe Pacaud L'invité du Grand Soir Christophe Pacaud
>
Influenza aviaire : "Des emplois et des exploitations pourraient disparaître" estime l'éleveur et syndicaliste Christophe Barrailh Crédit Média : Christophe Pacaud,Agnès Bonfillon | Durée : | Date : La page de l'émission
Christophe Pacaud
Christophe Pacaud et Agnès Bonfillon

Le gouvernement a annoncé un “vide sanitaire” pour les élevages de volailles, dans huit départements du Sud-Ouest à partir du 18 janvier. Cette mesure drastique vise à éviter les abattages tout en enrayant l'épidémie de grippe aviaire qui frappe la région (69 foyers de grippe ont été détectés ces dernières semaines). Cette première en France provoque l'inquiétude des éleveurs.

Christophe Barrailh, lui même à la tête d'une exploitation à Aire-sur-Adour dans les Landes et président de la Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricole, fait le point sur la situation : "Nous sommes face à une situation sanitaire inédite, le ministre de l'agriculture a annoncé des mesures exceptionnelles visant à éradiquer la présence du virus, de l'influenza aviaire sur notre territoire." À partir de lundi 18 janvier plus aucun caneton ne sera introduit dans les élevages "ce qui va nous conduire, au terme du cycle de production des animaux déjà présents, à l'absence totale d'animaux palmipède dans notre région." 

Crise sanitaire et économique

La méthode a déjà fait ses preuves à l'étranger et l'éleveur ne doute pas qu'elle sera efficace en France. Cependant, cela aura de lourdes conséquences sur les exploitations et les entreprises qui en dépendent. 
"Les conséquences financières seront extrêmement lourdes", préviens le représentant syndical qui relativise " on peut quand même se satisfaire de la décision des autorités de ne pas abattre les animaux." Une mesure toujours vécue comme "un traumatisme pour les éleveurs concernés." "Néanmoins la mesure envisagée est lourde de conséquences pour l'économie de notre région. On parle de perte évaluées à plusieurs centaines de millions d'euros liés au fait que la production non réalisée sera autant de volume que nous ne pourrons commercialiser." 

À lire aussi
Un agriculteur français asperge son champs avec du glyphosate, l'herbicide produit pas Monsanto. agriculture
Agriculture : quelles sont les alternatives au glyphosate ?

Une fois les animaux déjà en cours d'élevages arrivés au terme du cycle de production, les exploitations ne pourront donc plus rien fournir. Les stocks disponibles pour les fêtes de fin d'année 2016 seront donc limités. C'est autant de chiffre-d'affaires en moins pour des entreprises qui risquent de licencier. "Le fait d'avoir un vide total et une absence de production va conduire à l'arrêt d'activité pour certaines entreprises qui gravitent autour de nos exploitations". Malgré ces conséquences déjà prévisible, le gouvernement n'a toujours pas abordé la question d'une éventuelle indemnisation, il va pourtant falloir mettre le sujet sur la table face aux éleveurs. "Je n'ose imaginer que face à cette situation exceptionnelle, inédite, les pouvoirs publics français ne prennent pas de mesures financières exceptionnelles et inédites de manière à accompagner la filière" annonce déjà Christophe Barrailh. "des emplois et des exploitations pourraient disparaître.Pour nous ce serait inacceptable [...] Les conséquences financières doivent être assumées et partagées par les autorités décisionnaires."

Lire la suite
Agriculture Épidémie Exploitations agricoles
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781333357
Influenza aviaire : "Des emplois et des exploitations pourraient disparaître" estime l'éleveur et syndicaliste Christophe Barrailh
Influenza aviaire : "Des emplois et des exploitations pourraient disparaître" estime l'éleveur et syndicaliste Christophe Barrailh
REPLAY - Le vide sanitaire qui doit être appliqué dans les départements du Sud-Ouest touchés par la maladie animale inquiète les éleveurs.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/influenza-aviaire-des-emplois-et-des-exploitations-pourraient-disparaitre-estime-l-eleveur-et-syndicaliste-christophe-barrailh-7781333357
2016-01-15 01:39:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/OUvlstaJPHZWd8xOuohmrA/330v220-2/online/image/2015/0216/7776617940_christophe-pacaud-agnes-bonfillon.png