1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Inceste : les premières mesures fortes du gouvernement
2 min de lecture

Inceste : les premières mesures fortes du gouvernement

Emmanuel Macron a chargé le secrétaire d'État Aurélien Taquet d'une série de mesures.

Adrien Taquet, secrétaire d'État à la protection de l'enfance
Adrien Taquet, secrétaire d'État à la protection de l'enfance
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Jérémy Billault

"Vous ne serez plus jamais seules". Emmanuel Macron a annoncé samedi une série de mesures pour lutter contre les violences sexuelles sur les enfants, en se félicitant que la parole des victimes se libère, en particulier sur l'inceste. "On est là. On vous écoute. On vous croit", déclare le chef de l'Etat en s'adressant à ces victimes dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux suivie de tweets. 

Pour adapter "notre droit", Emmanuel Macron demande au garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti, et au secrétaire d'Etat à l'Enfance et aux Familles Adrien Taquet d'engager "dès lundi une consultation afin d'approfondir les pistes qui permettront de renforcer la loi pour mieux punir les auteurs et qu'il ne soit plus possible d'entendre qu'un enfant consent à une relation sexuelle avec un adulte", selon le cabinet d'Adrien Taquet.

Dans un communiqué, Adrien Taquet salue "le courage de toutes celles et ceux qui témoignent des viols et violences sexuelles subis pendant leur enfance et des ravages causés sur leur vie au quotidien. Ce sont des milliers de femmes et d’hommes qui partagent leur souffrance pour qu’un changement de société s’engage".

Accompagnement psychologique pris en charge

Il précise : "Le Président de la République a annoncé de premières mesures fortes qui permettront sans attendre de mieux protéger nos enfants dès le plus en âge en les informant et en leur offrant de vraies occasions de s’exprimer."

"Les victimes pourront désormais bénéficier d’un accompagnement psychologique intégralement pris en charge, annonce le ministre. Deux visites de dépistage et de prévention seront développées au primaire et au collège sur tout le territoire."

Le Garde des Sceaux et Adrien Taquet engagent par ailleurs dès lundi "'une consultation afin d’approfondir les pistes qui permettront de renforcer la loi pour mieux punir les auteurs et qu’il ne soit plus possible d’entendre qu’un enfant consent à une relation sexuelle avec un adulte", ajoute le communiqué.


Adrien Taquet demande à Edouard Durand, vice-président chargé des fonctions de juges des enfants au Tribunal Judiciaire de Bobigny et à Nathalie Mathieu, Directrice Générale de l’association Docteurs Bru, spécialisée dans l’accueil des enfants victime d’inceste, de "constituer une équipe pluridisciplinaire qui conduira une initiative concertée. Celle-ci accompagne la mise en œuvre concrète de ces annonces et les prolonge".

"Il est temps de répondre à l’urgence du changement"

À cet effet, dans les meilleurs délais, "Adrien Taquet leur demande d’organiser un dispositif d’accompagnement de la prise de parole des victimes permettant une orientation et un appui, en lien avec les associations et structures concernées", ajoute le communiqué

Cette instance aura par ailleurs pour mission d’explorer plus en détail "les sujets encore largement tabous tels que la protection des enfants en situation de handicap, et de mener des travaux approfondis pour rendre le changement de société possible.

Parmi ces travaux, "la formation des professionnels qui travaillent auprès des enfants,        les enquêtes de victimation et les recherches, notamment épidémiologiques, sur les violences sexuelles sur mineurs en complément des travaux existants, une sensibilisation renforcée des enfants à l’école dès leur plus jeune âge en lien étroit avec Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, les programmes de prévention dans tous les espaces fréquentés par les enfants et adolescents, avec des outils adaptés à leur âge, le repérage dans tous les lieux fréquentés par les mineurs, pour une prise en charge la plus précoce possible, l’appui et l’accompagnement de la prise de parole des victimes et des proches, pour faciliter l’orientation des victimes vers des dispositifs d’aide" .

Adrien Taquet déclare : "Il est temps de répondre à l’urgence du changement mais également de rompre avec le déni et le silence sur lesquels notre société s’est en partie construite".

La rédaction vous recommande



 

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/