2 min de lecture Découverte scientifique

Homo naledi : des mains de Homo, un crâne australopithèque

Le Homo naledi découvert en Afrique du Sud et présenté comme une espèce inconnue, a des spécificités physiques qui divisent les spécialistes quant à sa classification.

Les mains du Homo naledi sont proches de celles de l'Homme moderne
Les mains du Homo naledi sont proches de celles de l'Homme moderne Crédit : STEFAN HEUNIS / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

C'est une information majeures en matière de paléontologie qui a fait les gros titres le 10 septembre. Une équipe de spéléologues a travaillé pendant des années dans la grotte "Rising star", à une cinquantaine de kilomètres de Johannesburg, en Afrique du Sud. Une espèce inconnue jusqu'alors a été extirpée d'une cavité très difficile d'accès, où seule une équipe de spéléologues filiformes spécialement constituée pour l'occasion a pu accéder. Une avancée majeure pour les uns, une découverte portant encore des interrogations pour d'autres.

Dévoilé en grande pompe, le Homo naledi reste quelque chose d'exceptionnel de part le nombre d'ossements retrouvés (environ 1.500) représentant une quinzaine d’hominidés. Des os qui pourraient avoir entre 2 et 4 millions d'année Mais alors que les experts dissertent sur sa classification et s'opposent sur son caractère révolutionnaire, cet ancêtre ou cousin très lointain a bien des spécificités. 

Le crâne le définit-il plus que les mains et les pieds ?

Selon les spécialistes, et c'est l'un des seuls points sur lequel ils sont unanimes, les mains et les pieds du Homo naledi sont très proches de l'homme moderne. Seule différence, des phalanges et des épaules adaptées pour pouvoir grimper aux arbres. De plus, ses dents semblent de petite taille et donc adaptées à une nourriture énergétique. Plus grandes, elles auraient été le signe d'une alimentation constituée de végétaux. Au niveau de la taille, cet être ne devait pas mesurer plus d'1,50 m, ce qui est habituel chez les ancêtres de l'Homme. 

Je ne suis pas convaincu qu'on maintienne le mot Homo

Georges Chapouthier
Partager la citation

Reste la question de la tête, dont le cerveau était peu ou prou de la taille d'une orange. "C'est un cerveau qui est légèrement plus grand que celui du chimpanzé, mais si on veut faire des séparation c'est plutôt un australopithèque, a de son côté estimé sur RTL Georges Chapouthier, neurobiologiste et philosophe. Je ne suis pas convaincu qu'on maintienne le mot Homo indéfiniment".

À lire aussi
Modèle 3D de cellule de cancer du pancéas cancer
Une cellule découverte par des chercheurs pourrait traiter tous les cancers

D'autres chercheurs sont par contre plus optimistes et avance même qu'il s'agirait d'une sorte de chaînon manquant. "Il est vraiment  à l'origine du genre humain, qui va donner plusieurs espèces, comme Homo erectus, Neandertal plus tard et Homo sapiens, a confié sur RTL Pascal Picq, paléoanthropologue au Collège de France. Cet Homo naledi apporte des données et des connaissances qu'on ne soupçonnait pas". Une étude plus poussée et une datation exacte donnera des réponse plus précises.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Découverte scientifique Humains Histoire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants