1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Hébergement des sans-abri : "Il y a une banalisation de la grande exclusion"
1 min de lecture

Hébergement des sans-abri : "Il y a une banalisation de la grande exclusion"

INVITÉ RTL - Le directeur général de la Fédération des acteurs de la solidarité évoque le logement des sans-abri en cette période de grand froid.

Un sans-abri dans la rue (illustration)
Un sans-abri dans la rue (illustration)
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Hébergement des sans-abri : "Il y a une banalisation de la grande exclusion", selon Florent Guegen
04:56
Carpentier-245x300
Stéphane Carpentier
Animateur

Après la mort d'un SDF de 53 ans, vendredi 30 décembre, à La Rochelle, la question se pose de l'hébergement des personnes sans abri, particulièrement vulnérable aux baisses des températures. Pour Florent Gueguen, directeur général de la FNARS (Fédération des acteurs de la solidarité), un ensemble d'associations de solidarité qui luttent notamment contre l'exclusion, "la situation est tout à fait critique". Selon lui, "il y a une augmentation de la demande au 115 - qui est le numéro d'appel d'urgence -, sur un an, d'environ 10%".

Conséquemment, cela donne lieu à "un taux de rejet au 115, c'est-à-dire les personnes qui appellent et qui n'obtiennent pas d'hébergement, qui est également très important". "C'est près d'une personne sur deux au niveau national", ajoute Florent Gueguen, même s'il concède "que le gouvernement a fait un effort" via "plus de 30.000 places d'hébergement supplémentaires" ou "des budgets qui ont été augmentés".

Assez peu de réactions politiques

Florent Gueguen, directeur général de la FNARS

Selon lui, la hausse des demandes d'hébergement traduit plusieurs phénomènes : "une crise économique et une crise du logement, notamment dans les grandes villes où le logement est cher", mais aussi "un effet de la crise migratoire, c'est-à-dire des migrants qui devraient être dans des centres dédiés aux demandeurs d'asile, mais faute de places disponibles, qui appellent le 115."

Plus largement, le directeur général de la FNARS évoque "une sorte de banalisation de la grande exclusion" et pointe du doigt qu'il y ait "finalement assez peu de réactions politiques" et que le sujet soit "très peu présent dans la campagne électorale, alors même que c'est un pur scandale que la France ne soit pas capable, en 2017, de proposer un hébergement aux personnes sans abri".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/