1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Haute-Garonne : de plus en plus de professeurs absents non remplacés
2 min de lecture

Haute-Garonne : de plus en plus de professeurs absents non remplacés

REPLAY - En 5 ans, le contingent des professeurs de l’Académie de Toulouse a baissé de 300 postes. Résultat : plus aucun remplacement pour une absence de moins de 2 semaines.

Une classe de lycée à Strasbourg (illustration).
Une classe de lycée à Strasbourg (illustration).
Crédit : JOHANNA LEGUERRE / AFP
Haute-Garonne : de plus en plus de professeurs absents non remplacés
01:19
Patrick Tejero & Camille Kaelblen

Les parents d’élèves tirent la sonnette d'alarme en Haute-Garonne. Depuis 2015, le nombre de profs absents et non remplacés a augmenté de façon spectaculaire : 30% d’absences en plus par rapport à l’année précédente. “Vous avez des élèves qui sont en lycée, qui demain vont passer le bac et qui n’ont pas anglais pendant trois semaines ou qui n’ont pas maths pendant un mois”, alerte Hélène Rousch, présidente de la Fédération des Parents d'élèves (FCPE) de Haute-Garonne. En banlieue toulousaine, dans le collège de son fils, Corinne a constaté des absences étranges, et trop brèves pour provoquer un remplacement. “Un professeur est absent trois jours, puis après quatre jours, puis après une semaine… On peut même aller jusqu’à ne plus produire d’arrêts maladie”, affirme-t-elle.
Un jour, l'un des professeurs absents a même été vu par des parents d'élèves… dans un meeting politique. “On a eu des retours de parents qui commençaient à être très en colère de découvrir aussi que cette personne-là avait d’autres activités. Ce qui, tout compte fait, laissait à penser qu’elle était en bonne santé”, témoigne Corinne, amère.

Le rectorat de Toulouse fait le choix de ne pas remplacer en deçà de 15 jours.

Pour Bernard Schwartz, secrétaire du Syndicat national des enseignements de second degré

Pour Bernard Schwartz, secrétaire du Syndicat national des enseignements de second degré (SNES) à Toulouse, le non remplacement est surtout causé par le manque d’effectifs disponibles. “Les moyens sont si faibles qu’effectivement, le rectorat de Toulouse fait le choix de ne pas remplacer en deçà de 15 jours d’absence, ce qui crée effectivement des manques de-ci de-là.

En 5 ans, le contingent des professeurs de l’Académie de Toulouse a baissé de 300 postes. De quoi aggraver encore les inégalités entre les élèves qui peuvent être aidés, et ceux qui ne le peuvent pas.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/