1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Guadeloupe : "On n'a vu aucun ministre (...) C'est inadmissible", tonne le président de la région
1 min de lecture

Guadeloupe : "On n'a vu aucun ministre (...) C'est inadmissible", tonne le président de la région

INVITÉ RTL - Alors que la situation est très tendue, le président du département de la Guadeloupe Ary Chalus a appelé ce mardi soir à ce que sa région soit mieux considérée par le gouvernement, ajoutant qu'aucun ministre de l'intérieur ne s'est déplacé depuis Bernard Cazeneuve.

Le président de la région Guadeloupe, étiqueté La République en Marche, Ary Chalus.
Le président de la région Guadeloupe, étiqueté La République en Marche, Ary Chalus.
Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Violences en Guadeloupe : "On n'a vu aucun ministre (...) C'est inadmissible", tonne le président de
07:54
Violences en Guadeloupe : "On n'a vu aucun ministre (...) C'est inadmissible", tonne le président de la région Guadeloupe
04:31
Julien Sellier - édité par Romain Giraud

Ary Chalus, le président de la région Guadeloupe, n'a pas caché sa colère ce mardi 23 novembre. Considérant sa région à l'abandon par le gouvernement, alors que des violences font rage depuis plusieurs jours, il a appelé le gouvernement a mieux considérer la Guadeloupe : "Quand il s'agit de Marseille, 3 milliards sont déployés (...) Nous demandons aujourd'hui a être traités de la même manière qu'en Métropole", a-t-il clamé. 

"Il y a des choses que nous pouvons régler rapidement, nous avons toujours demandé un accompagnement, j'ai beaucoup alerté, envoyé des courriers, des messages, appelé, c'est inadmissible", a-t-il ensuite déploré, ajoutant qu'"on n'a vu aucun ministre et que le dernier ministre de l'intérieur que nous avons vus, c'était Bernard Cazeneuve".

Ce mardi, le président de la région affirme que les violentes manifestations "ont dépassé le cadre sanitaire", ajoutant que "la Martinique est entrée en mouvement aujourd'hui, et peut-être demain la Guyane". Pour lui, des solutions existent afin de "sortir de la crise" :"Nous voulons que l'État prenne ses responsabilités, et j'ai demandé qu'il y ait une délégation interministérielle afin que l'on puisse discuter avec l'intersyndical pour pouvoir calmer les choses". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/