2 min de lecture Taxis

Grève des taxis : faut-il suspendre l'application d'UberPop ?

REPLAY - Yann Ricordel, directeur général des Taxis Bleus, et Marc, chauffeur UberPop dans le Nord ont commenté l'éventuelle nécessité de suspendre l'application UberPop après les perturbations causées par la grève des taxis professionnels.

>
Grève des taxis : faut-il suspendre l'application d'UberPop ? Crédit Image : Elodie Grégoire | Durée : | Date :
Julien Sellier
Julien Sellier et Christelle Rebière

Plus de 2.800 taxis se sont mobilisés sur l'ensemble du territoire ce jeudi 25 juin pour protester contre l'activité d'UberPop. Les barrages qu'ils ont mis en place ont paralysé les gares et les aéroports des grandes villes comme Paris, Marseille, Toulouse et Nice.

Au fil des heures, le conflit a dégénéré. Sur le périphérique parisien, des blocs de pierre ont été lancés sur des voitures de particuliers. Un chauffeur de VTC a été brutalisé et son véhicule a été renversé. 

Rappelons que depuis plusieurs mois, la société américaine de VTC Uber a engagé un bras de fer avec l'État à propos de son application mobile UberPop. Pour leur part, les chauffeurs de taxis disposant d'une licence ont manifesté leur mécontentement à plusieurs reprises. Mais après les perturbations causées par la grève des taxis professionnels ce jeudi, faut-il vraiment suspendre l'application UberPop ? Les taxis sont-ils en train de marquer un point contre leur principal concurrent ?

À lire aussi
Le CityAirbus développé par Airbus Augmenté
Les actualités de 12h30 - La RATP et Airbus travaillent sur un système de taxis volants

Yann Ricordel, directeur général des Taxis Bleus, a condamné la violence perpétrée par les taxis en grève ce jeudi. Cependant, il estime qu'Uber est à l'origine de tensions géopolitiques car la société marche dans un climat d'anarchie. Selon lui, il est nécessaire que l'entreprise américaine de VTC cesse ses activités. 

Uber a déclaré une guérilla juridique en France et partout dans le monde, et on se retrouve dans une situation critique de tension qui explique l'angoisse des chauffeurs de taxi.

Yann Ricordel, directeur général des Taxis Bleus
Partager la citation

D'après le directeur général des Taxis Bleus, l'État devrait prendre les mesures nécessaires pour éviter que la situation ne s'enlise davantage. Il invite également les dirigeants d'Uber à collaborer.

J'en appelle à la responsabilité des dirigeants d'Uber en France. À trois mois de la décision finale du conseil constitutionnel, n'est-il pas possible de geler l'application UberPop ?

Yann Ricordel, directeur général des Taxis Bleus
Partager la citation

Marc, chauffeur UberPop, est conscient qu'il peut être sanctionné en travaillant pour la société américaine de VTC. Néanmoins, il affirme que les chauffeurs UberPop ne subtilisent pas le marché des taxis professionnels puisqu'ils conduisent essentiellement des étudiants qui ont peu de moyens. 

Nous transportons essentiellement des étudiants. On ne prend pas 10% du chiffre d'affaires des taxis.

Marc, chauffeur UberPop
Partager la citation
RTL vous recommande
Lire la suite
Taxis Grève Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7778882692
Grève des taxis : faut-il suspendre l'application d'UberPop ?
Grève des taxis : faut-il suspendre l'application d'UberPop ?
REPLAY - Yann Ricordel, directeur général des Taxis Bleus, et Marc, chauffeur UberPop dans le Nord ont commenté l'éventuelle nécessité de suspendre l'application UberPop après les perturbations causées par la grève des taxis professionnels.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/greve-des-taxis-faut-il-suspendre-l-application-d-uberpop-7778882692
2015-06-25 14:52:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/umd31-GrbSdHz9-gaRMHZQ/330v220-2/online/image/2014/0423/7771378282_vincent-parizot-et-christelle-rebiere.jpg