1 min de lecture Grève

Grève des médecins : "On veut des propositions réalistes et réalisables", explique Margot Bayart

INVITÉE RTL - 30.000 médecins et représentants du monde médical manifestent, dimanche 15 mars, pour protester contre le projet de loi Santé porté par Marisol Touraine.

micro générique L'invité RTL du week-end Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
L'invité RTL du week-end du 14 mars 2015 Crédit Image : JEFF PACHOUD / AFP | Crédit Média : Bernard Poirette | Durée : | Date : La page de l'émission
Bernard Poirette
Bernard Poirette et Claire Gaveau

La gronde continue chez les médecins. En grève depuis vendredi 13 mars, près de 30.000 d'entre eux sont attendus dans les rues de Paris pour manifester contre le projet de loi Santé porté par Marisol Touraine. Généralistes, chirurgiens, internes, mais aussi infirmiers et kinésithérapeutes défileront de la place Denfert-Rochereau jusqu'au ministère de la Santé, avenue Duquesne, dans le VIIe arrondissement. "Les médecins et le corps médical sont dans une grande inquiétude", a lancé Margot Bayart, médecin généraliste et vice-présidente du syndicat MG France. 

"Ça fait un certain nombre d'années que nous avons alerté les divers pouvoirs publics. Il faut investir dans cette médecine générale et changer de système. Les éléments contenus dans la loi ne sont pas au rendez-vous de ce que nous attendions", a-t-elle critiqué. En première ligne ? Le tiers-payant décrié depuis de nombreuses semaines. "Tel qu'il est proposé actuellement, il n'est pas acceptable. Pour nous, il doit garantir que l'on soit payé. S'il était facile et s'il est garanti, le problème ne se poserait pas", a-t-elle tranché. 

La remise en cause du système français

Si Marisol Touraine a essayé de rassurer les médecins généralistes en apportant certaines sécurités, Margot Bayart les rejette. "Les promesses des politiques nous en avons déjà eues. Nous voulons des propositions réalisables et réalistes. On demande des choses concrètes mais ce n'est pas le cas", a-t-elle déclaré avant de préciser que les praticiens "mènent ce combat pour la médecine de demain"

Le système mis en place en 1945 est aujourd'hui obsolète."Il faisait notre fierté mais il aurait dû s'adapter à l'évolution. On a beaucoup investi sur l'hôpital et progressivement on a oublié la médecine de ville et ambulatoire. Il y a un virage qui aurait dû être pris et maintenant on est face à un mur", a conclu Margot Bayart. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grève Médecins
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants