1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Fusillades à Paris : nuit de cauchemar dans la capitale
1 min de lecture

Fusillades à Paris : nuit de cauchemar dans la capitale

EN IMAGES - Paris a été frappé par une vague d'attaques d'une ampleur sans précédent en début de soirée vendredi 13 novembre.

Les forces de l'ordre se sont déployées près de la place de la République
Les forces de l'ordre se sont déployées près de la place de la République
Les forces de l'ordre se sont déployées près de la place de la République
François Hollande a été exfiltré du Stade de France peu après le début des fusillades
Les enquêteurs sur les lieux d'une explosion près du Stade de France
Les Parisiens attablés aux terrasses des cafés du secteur de République ont été la cible de plusieurs tireurs
Cinq sites de Paris intra-muros ont été balayés par les balles des terroristes
Les policiers ont évacué les spectateurs du Bataclan
François Hollande réunit le gouvernement au complet à l'Élysée. (photo d'illustration)
Les spectateurs du Stade de France ont investi la pelouse après le match France-Allemagne à Saint-Denis, où explosions kamikazes ont eu lieu
La mairie de Paris a demandé aux Parisiens de rester chez eux
Les enquêteurs sur les lieux d'une fusillade
Une cellule psychologique a été mise en place à la mairie du XIe arrondissement
Les forces de l'ordre se sont déployées près de la place de la République
François Hollande a été exfiltré du Stade de France peu après le début des fusillades
Les enquêteurs sur les lieux d'une explosion près du Stade de France
Les Parisiens attablés aux terrasses des cafés du secteur de République ont été la cible de plusieurs tireurs Crédits : AFP
Cinq sites de Paris intra-muros ont été balayés par les balles des terroristes Crédits : AFP
Les policiers ont évacué les spectateurs du Bataclan Crédits : AFP
François Hollande réunit le gouvernement au complet à l'Élysée. (photo d'illustration)
Les spectateurs du Stade de France ont investi la pelouse après le match France-Allemagne à Saint-Denis, où explosions kamikazes ont eu lieu
La mairie de Paris a demandé aux Parisiens de rester chez eux
Les enquêteurs sur les lieux d'une fusillade Crédits : AFP
Une cellule psychologique a été mise en place à la mairie du XIe arrondissement Crédits : AFP
1/1
La rédaction numérique de RTL & AFP

Au moins 120 morts et plus de 200 blessés dont 80 graves, Paris a été la cible d'une vague d'attaques terroristes d'une ampleur sans précédent vendredi 13 novembre. En tout, six attaques simultanées ont été menées dans autant de sites, principalement dans les Xe et XIe arrondissements, avec de lourds bilans  en particulier boulevard de Charonne (18 morts) et rue de La Fontaine-au-Roi (14 morts). 

Les terroristes ont balayé plusieurs terrasses de café avec leurs mitraillettes. Dans le même temps, trois explosions ont retenti aux abords du Stade-de-France, où le public de France-Allemagne a été confiné avant d'être évacué. Au même moment, au Bataclan, boulevard Voltaire (XIe arrondissement), où se déroulait un concert de rock, plusieurs hommes armés à visage découvert ont ouvert le feu dans la salle de spectacles aux cris de "Allah Akbar", en tuant plus de 70 personnes au cours d'une prise d'otage de près de trois heures. 

Huit terroristes sont morts, dont sept en se faisant exploser. Quatre sont morts dans la salle du Bataclan, dont trois en actionnant une ceinture d'explosifs. Le dernier a été tué lors de l'assaut des forces de l'ordre. Trois kamikazes sont morts au Stade-de-France, un autre boulevard Voltaire, selon une source proche de l'enquête.

Lors d'un discours prononcé pendant la soirée, François Hollande a décrété l'état d'urgence sur l'ensemble du territoire et prévenu que les terroristes auront face à eux "une France déterminée, rassemblée, qui ne se laissera pas impressionner".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/