1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Francis Collomp : le difficile retour à la vie normale d'un ex-otage
2 min de lecture

Francis Collomp : le difficile retour à la vie normale d'un ex-otage

INVITÉ RTL - Après avoir été retenu en otage pendant onze mois par les islamistes nigérians d'Ansaru, le retour à la vie normale a été compliqué pour Francis Collomp.

Francis Collomp, ex-otage du groupe islamiste Ansaru au Nigeria
Francis Collomp, ex-otage du groupe islamiste Ansaru au Nigeria
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Francis Collomp : le difficile retour à la vie normale d'un ex-otage
07:36
micros
La rédaction numérique de RTL

Le goût amer de la liberté. Il y a cinq ans, le 19 décembre 2012, Francis Collomp était enlevé dans le Nord du Nigeria par le groupe Islamiste Ansaru. Onze mois plus tard, le 16 novembre 2013, il parvient pourtant à s'échapper et regagne la France. Le retour à la vie normale a été difficile pour lui, alors il a décidé d'en parler dans "Je suis libre, ne vous en faites plus", un webdocumentaire qui sort ce mardi 19 décembre.

"D'abord c'est un projet qui est bénévole et c'est surtout tourné dans le but que ça puisse servir à d'autres otages", explique-t-il au micro de RTL. C'est donc assez naturellement qu'il a accepté de raconter son histoire. "Le statut d'ex-otage, c'est plus qu'un boulet, ça peut vous mettre dans des états, où vous vous demandez pourquoi vous êtes sauvé. Ça ne m'arrive pas parce que j'ai fort caractère, mais j'aurais pu vouloir me suicider", confie-t-il.

Le jour de sa prise d'otage, il fête ses 63 ans. "C'était le jour de mon anniversaire, c'est inoubliable, tout comme la manière d'intervenir de ces gens-là", se souvient Francis Collomp. Deux policiers et un jeune garçon perdront la vie lors de son enlèvement. Suivront onze mois de détention.

Le difficile retour à la vie

Mais un jour, il décide de s'enfuir pour sauver sa vie. S'il échappe à ses geôliers et parvient à rejoindre la France, le retour à la vie normale est éprouvant. Francis Collomp reste très marqué. "Il y a des choses qui me sont restées. Le premier jour, je me suis levé relativement tôt et je me suis mis à marcher autour de mon matelas. Ça m'est resté pendant longtemps, j'avais besoin de marcher. J'avais aussi du mal à dormir. Se remettre à manger normalement ce n'est pas facile aussi", livre-t-il au micro de RTL.

On m'a considéré comme mort, parce que pendant six mois je n'avais pas donné de signes de vie.

Francis Collomp, ex-otage
À lire aussi

Mais le retour en France s'est aussi accompagné de problèmes très terre à terre. "On m'a considéré comme mort, parce que pendant six mois je n'avais pas donné de signes de vie à l'administration", se remémore Francis Collomp. Alors une fois rentré il a dû faire valoir ses droits : pendant sa captivité, on lui a coupé sa retraite. Le manque d'argent sur son compte l'a même conduit à être fiché à la Banque de France. "On se retrouve livré à soi-même une fois qu'on est rentré et que l'euphorie est passée", conclut-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/