1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Fondation pour l'islam de France : comment les mosquées pourraient être financées
1 min de lecture

Fondation pour l'islam de France : comment les mosquées pourraient être financées

ÉCLAIRAGE - L'État souhaiterait impliquer le secteur des produits halal pour limiter le financement étranger des mosquées.

La Grande mosquée de Paris, le 19 décembre 2015. (illustration)
La Grande mosquée de Paris, le 19 décembre 2015. (illustration)
Fondation pour l'islam de France : comment les mosquées pourraient être financées
01:54
Fondation pour l'islam de France : comment les mosquées pourraient être financées
01:54
Thomas Prouteau & La rédaction numérique de RTL

Comment mieux intégrer l'islam au sein de la République ? Au ministère de l'Intérieur, une grande consultation est menée pour jeter les bases de la future "Fondation pour l'islam de France" qui sera présidée par Jean-Pierre Chevènement. Elle devra notamment veiller au financement de la construction des mosquées, par le biais de deux structures innovantes.

Cette fondation d'utilité publique sera financée à la fois par l'État, qui apportera une contribution d'un million d'euros, et par des mécènes privés comme des entreprises. Comme la loi de 1905 sur la laïcité interdit qu'une telle structure finance directement une religion, une association culturelle lui sera adossée. C'est elle qui sera chargée de récolter des fonds pour la construction des mosquées, ce qui pourrait se faire à l'aide d'une contribution volontaire des entrepreneurs du secteur halal. Si cette piste est encore à l'étude, la fondation et l'association travailleront main dans la main avec pour objectif de consolider un "islam de France républicain". 

Un contexte particulier et favorable ?

Précision importante : les deux structures ne pourront pas recevoir de dons de l'étranger. Cela sera écrit dans les statuts, sans pour autant empêcher localement des mosquées de recevoir des fonds en provenance de l'Arabie Saoudite ou de l'Algérie par exemple. Mais le ministère de l'Intérieur parie sur un tarissement de cette pratique grâce à la dynamique créée.

Tout l'enjeu, une fois encore, consiste à savoir si les différentes composantes de "l'islam de France" arriveront à se mettre d'accord pour mettre en place ces structures d'ici la fin de l'année. À son arrivée au ministère de l'Intérieur, Jean-Pierre Chevènement a parlé d'un contexte particulier et favorable. Il faisait bien entendu référence aux actes terroristes perpétrés ces derniers mois au nom d'un islam fondamentaliste.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/