2 min de lecture Université

Fac : les partiels sont "un instrument de discrimination sociale", déclare le président de la conférence des présidents d'universités

REPLAY / INVITÉ RTL - Jean-Loup Salzmann souhaite remplacer les partiels par un contrôle continu intégral. Il estime qu'il est plus facile de mémoriser en apprenant tous les jours qu'en faisant du bachotage.

Yves Calvi 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Éducation : Les partiels sont "un instrument de discrimination sociale", déclare le président de la conférence des présidents d'universités Crédit Image : AFP | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date : La page de l'émission
Yves Calvi
Yves Calvi et Ana Boyrie

Les partiels sont-ils en passe de disparaître ? Le président de la conférence des présidents d'universités, Jean-Loup Salzmann, également administrateur provisoire de Paris XIII souhaite supprimer les examens que l'on appelle "partiels", pour laisser place à un contrôle continu intégral. Une proposition universitaire qui fait débat. Il parle de "raisons biologiques", estimant qu'il est plus facile de mémoriser quelque chose en apprenant tous les jours, qu'en faisant du bachotage. De plus, "les méthodes modernes d'enseignement telles que l'e-learning font que la relation entre l'apprenant et l'enseignant change", ajoute-t-il. Le président explique qu'il est plus efficace d'apprendre petit à petit, d'autant que les nouveaux modes d'enseignement comme l'ordinateur ou la tablette donnent déjà accès aux connaissances. 

Jean-Loup Salzmann tient à ajouter que les partiels sont une énorme perte de temps en examen avant de les qualifier d'"instrument de discrimination sociale". Prenant le concours de médecine comme exemple, il indique qu'il y a entre 30 et 35% de boursiers en première année. Une fois le concours terminé, ce pourcentage tombe à 15-20%. Cette discrimination sociale se remarque selon lui dans la manière dont l'examen terminal est organisé. Dans les grandes écoles après les classes prépa, beaucoup moins de boursiers répondent présents "car l'apprentissage tout au long de l'année est quelque chose d'égalitaire", ajoute-t-il. Contrairement au bachotage.

Les professeurs disent qu'ils n'ont pas le temps de corriger les copies, les étudiants étant trop nombreux

Pascale, auditrice
Partager la citation

Une proposition qui coûte cher, ce que reconnaît le Jean-Loup Salzmann. "C'est vrai que ça coûte plus cher au jour le jour, admet-il. Mais cela fait aussi gagner du temps". Selon lui, il est possible de mettre en place cette idée en prix constant. Pascale dont le fils est en 3e année de biologie à l'université, n'est pas fermement contre l'idée d'un contrôle continu intégral. "Il a des examens toutes les semaines", explique-t-elle. Un fonctionnement qui encourage l'élève à réviser régulièrement. Mais elle déplore une organisation catastrophique, qui nuit à l'étudiant.

À lire aussi
Le parvis de La Défense à Courbevoie (illustration) faits divers
La Défense : un professeur tué au couteau devant son université

Or, "les professeurs disent qu'ils n'ont pas le temps de corriger les copies, les étudiants étant trop nombreux, explique Pascale. Ils n'ont leurs résultats qu'à la fin du semestre". Une façon de faire dont l'avantage réduit fortement. Jean-Loup Salzmann ne semble pas surpris et met cela sur le compte du manque de moyens des universités. "Il est vrai que parfois cela dysfonctionne", ajoute-t-il. Mais il ne faut pas abandonner pour autant. Décidé à métamorphoser l'université, l'administrateur réclame plus d'autonomie, face à des campus européens ou américains, capable de décider eux-mêmes, la manière dont ils vont procéder pour les examens. 

Faut-il remplacer les examens par un contrôle continu à la fac ?
Nombre de votes : 8023 *Sondage à valeur non scientifique
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Université École Contrôle
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782891410
Fac : les partiels sont "un instrument de discrimination sociale", déclare le président de la conférence des présidents d'universités
Fac : les partiels sont "un instrument de discrimination sociale", déclare le président de la conférence des présidents d'universités
REPLAY / INVITÉ RTL - Jean-Loup Salzmann souhaite remplacer les partiels par un contrôle continu intégral. Il estime qu'il est plus facile de mémoriser en apprenant tous les jours qu'en faisant du bachotage.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/fac-les-partiels-sont-un-instrument-de-discrimination-sociale-declare-le-president-de-la-conference-des-presidents-d-universites-7782891410
2016-04-19 10:29:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/mS__npjWD_D7pw9MpzTNKQ/330v220-2/online/image/2016/0120/7781461239_des-etudiants-a-la-bibliotheque-de-l-universite-lyon-3-illustration.jpg