1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Euro 2016 : "Il n'y a pas de constat d'échec" après les violences à Marseille
1 min de lecture

Euro 2016 : "Il n'y a pas de constat d'échec" après les violences à Marseille

Antoine Boutonnet, patron de la lutte contre les hooligans en France, est revenu sur les graves incidents survenus autour du match Angleterre-Russie (1-1) le samedi 12 juin à Marseille.

Des scène de violence ont éclaté au Vélodrome à Marseille lors du match opposant l'Angleterre à la Russie, samedi 11 juin.
Des scène de violence ont éclaté au Vélodrome à Marseille lors du match opposant l'Angleterre à la Russie, samedi 11 juin.
Crédit : Ariel Schalit/AP/SIPA
Lyèce Imchal & AFP

"Pas de constat d'échec". Ce sont les mots employés par Antoine Boutonnet après les violences survenues avant le match Angleterre-Russie (1-1). Avant la rencontre, des groupes de hooligans se sont retrouvés dans le centre-ville de Marseille pour en découdre. Pourtant, force est de constater que le dispositif de sécurité ne s'est pas montré à la hauteur malgré la mauvaise réputation des supporteurs des deux camps. 

Lors d'un entretien donné à l'AFP, le commissaire Boutonnet ne remet pas en cause l'organisation des forces de l'ordre et se satisfait de leur vitesse d'intervention. "Il n'y a pas de constat d'échec dans la mesure où l'intervention rapide et efficace des forces de l'ordre a permis de circonscrire les incidents dans le temps et dans l'espace." Une satisfaction mal-venue compte tenu des 35 blessés dont un supporteur anglais entre la vie et la mort. 

Un dispositif renforcé pour les prochains matches

Le chef de la Division nationale de la lutte contre le hooliganisme dénonce "une sur-alcoolisation des supporteurs présents qui entraîne in fine un phénomène de violences". Il souligne "des frictions, y compris entre supporteurs anglais" avant de préciser qu'il y a eu "un mouvement de 300 Russes venus vers les supporteurs anglais. Il y a eu un début de rixe entre les deux, immédiatement stoppé par les forces de l'ordre." 

Le dispositif de sécurité a été légèrement renforcé. 183 policiers venant de 13 pays étrangers ont été appelés en renfort pour la suite de la compétition. L'UEFA a, quant à elle, ouvert une procédure disciplinaire contre la Russie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub
pub
pub
pub
En Direct
/