1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. États-Unis : la peine de mort va disparaître d'ici 5 ans
3 min de lecture

États-Unis : la peine de mort va disparaître d'ici 5 ans

REPLAY - On condamne moins et on exécute moins car c'est devenu de plus en plus compliqué de tuer un homme à cause, entres autres, du coût et l'impossibilité de se procurer du poison.

Rémi Sulmont
Rémi Sulmont
La peine de mort va disparaître d'ici 5 ans aux États-Unis
03:50

La peine de mort pourrait ne plus être en vigueur d'ici cinq ans aux États-Unis. C'est ce que pronostiquent les observateurs et les abolitionnistes comme Robert Badinter. Les États américains ne parviennent plus à exécuter leur condamnés à mort, la fin peine de mort est inexorable. On parle encore régulièrement d'exécution. La prochaine est prévue en Floride le 29 octobre mais chaque mise à mort pose désormais problème aux Américains.
La peine de mort recule. Dernier exemple en date, lundi, l'Ohio a suspendu les exécutions. Le Texas est depuis des années réputé pour avoir exécuté à tour de bras et bien cette année, aucune condamnation n'a été prononcée. Alors que les années précédentes une dizaine de personnes étaient envoyées dans les couloirs de la mort. On condamne moins et on exécute moins parce que c'est devenu de plus en plus compliqué d'exécuter un homme.
Les États américains sont contraints d'improviser pour appliquer la peine capitale sous pression des abolitionnistes, les fournisseurs européens refusent de leur vendre le poison utilisé pour les injections mortelles. Résultat, on tente des nouveaux cocktails de produits et on arrive à des exécutions ratées ou les condamnés à mort mettent 20, 40 minutes à mourir dans des souffrances indescriptibles au lieu de s'endormir. Certains États ont opté pour le retour de la chaise électrique ou le peloton d'exécution que l'on avaient abandonné il y a 35 ans justement pour éviter les traitements cruels qu'interdit la Constitution.

L'exécution coûte plus cher que la prison

L'un des 9 membres de la Cour suprême américaine, qui est pourtant favorable a la peine capitale a dit fin septembre qu'il "ne serait pas surpris" que la peine de mort soit "bientôt" abolie. Aujourd'hui, elle est soutenue par 5 juges sur 9. Il suffit qu'un juge change d'avis pour que les États-Unis basculent. Et puis, les 9 sages de la Cour sont obligés de regarder ce qui se passe dans le pays : 19 États sur 50 ont aboli la peine capitale. Ça fait un peu près un État par an.


Robert Badinter, l'ancien ministre de François Mitterrand qui a aboli la peine de mort en France et se bat depuis pour que ça se fasse partout dans le monde, pense que d'ici 5 ans, la Cour suprême américaine bloquera toute exécution. L'une des raisons qui explique aussi ce mouvement vers l'abolition, c'est le nombre d'erreurs judiciaires. 156 personnes condamnées à mort, dont la grande majorité noires, ont été innocentées, grâce notamment aux tests ADN, après avoir été exécutées. Et puis il y a l'argument économique. Cela coûte 3 fois plus cher d'exécuter un homme que de le garder à vie en prison. Avec le prix des recours, des appels, un condamné à la peine capitale coûte 3 millions de dollars au contribuable contre 1 million pour un prisonnier à perpétuité.
La dernière enquête montre que 61% des Américains sont en faveur des exécutions. Mais ce pourcentage est en chute libre. 80% étaient pour la peine de mort il y a 20 ans. 67% il y a 10 ans. L'opinion publique américaine voit bien que le système ne fonctionne plus et fait lentement mouvement vers l'abolition. "Et si les États-Unis bannissent la peine de mort, des grandes démocraties comme le Japon ou l'Inde pourraient suivre ce mouvement", espèrent Anne Denis d'Amnesty International qui constate déjà que la Chine exécute beaucoup moins qu'avant. C'est parce qu'il pourrait y avoir cet "effet d'entrainement" que les abolitionnistes veulent obtenir cette victoire historique aux États-Unis.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/