2 min de lecture Enseignants

Enseignants : 68% ont déjà songé à changer de métier

Ils seraient plus des deux tiers des enseignants du secondaire à avoir déjà songé à changer de métier, c'est ce que révèle un sondage Ifop réalisé pour SOS Education et publié par le Figaro.

Ecole
Ecole Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

68% des enseignants du secondaire, soit les deux tiers, ont déjà songé à changer de métier au cours de leur carrière, selon un sondage Ifop réalisé pour SOS Education et publié jeudi 19 juin 2014 par Le Figaro.

L'étude indique que la crise de la vocation serait dûe à l'effondrement de l'autorité et à la violence. Les insultes ou les propos calomnieux arrivent en tête des violences subies, soit 37% des enseignants concernés.

Les disparités public / privé

Par ailleurs, l'enquête révèle une forte disparité entre le public et le privé. Si plus de la moitié (54 %) des professeurs déclare être ou avoir été en situation d'épuisement professionnel, le burn-out, ils sont 56% à faire ce constat dans le public contre 49% seulement dans le privé.

L'écart entre public et privé est encore plus marqué en ce qui concerne le fait d'être insulté ou le sentiment d'insécurité. Ainsi, 40% des professeurs disent se faire insulter dans les établissements publics contre 22% dans le privé. De même, 18% de ceux qui exercent dans le public ne s'estiment pas en sécurité dans leur établissement, quand c'est le cas de seulement 6% de ceux du privé.

Le soutient des parents et de la hiérarchie

À lire aussi
Olivier Véran, le 17 novembre 2020, à Paris Coronavirus France
Coronavirus : Véran annonce bientôt un million d'enfants et d'enseignants testés par mois

Autre source de malaise chez les enseignants du second degré poursuit Le Figaro : les rapports avec les parents d'élèves. Plus d'un tiers (35%) des professeurs estime ne pas être respecté par les familles, alors qu'ils ne sont que 28% à le déplorer de la part des élèves. De nouveau, le sentiment de ne pas être respecté par les élèves est plus vrai dans le public (31%) que dans le privé (14%).

Enfin, 40% des enseignants du secondaire ont le sentiment de ne pas être soutenus par leur hiérarchie (42% dans le public et 33% dans le privé).

Des vocations mises à mal

Un mal-être qui a de quoi décourager les vocations. Si près des deux tiers (64%) des Français se disaient prêts en 2011 à encourager leur enfant s'il souhaitait devenir enseignant, une majorité (51%) de professeurs déclare aujourd'hui le contraire.

Le sondage a été réalisé du 2 au 10 juin 2014 auprès d'un échantillon de 501 enseignants du secondaire, extrait d'un échantillon de 603 personnes représentatif des enseignants exerçant dans l'enseignement secondaire et supérieur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enseignants Enseignement Info
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants