1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Enfant poignardé à Joeuf : le village choqué par l'agression
1 min de lecture

Enfant poignardé à Joeuf : le village choqué par l'agression

REPLAY / REPORTAGE - L'enfant a été poignardé à la sortie de l'école à Joeuf par un homme qui n'avait apparemment aucun lien avec lui et qui s'est rendu à la police.

Une voiture de police (photo d'illustration).
Une voiture de police (photo d'illustration).
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Enfant poignardé à Joeuf : le village choqué par l'agression
00:52
"Je n'ai rien compris, j'étais tellement choquée", confie une voisine
00:22
Samuel Goldschmidt & Julien Absalon

Un garçon de 7 ans est toujours entre la vie et la mort, au lendemain matin de son agression en pleine rue à Joeuf, survenue jeudi 15 octobre vers 16 heures. L'enfant, qui rentrait de l'école, a été poignardé de plusieurs coups de couteau par un trentenaire qui s'est rendu à la police de Briey peu après.

L'écolier n'avait plus que 50 mètres à marcher pour arriver chez lui quand son agresseur l'a jeté au sol. "On a une scène qui représente un enfant allongé au sol avec un individu à califourchon qui lui assène des coups de couteau", explique Fabrice Poli, secrétaire d'Alliance Police Nationale en Lorraine, au micro de RTL. "J'ai pensé que l'adulte portait secours au petit. Je n'ai rien compris, j'étais tellement choquée", raconte une voisine qui a assisté à la scène. C'est finalement un policier habitant à proximité qui a mis en fuite l'individu grâce à sa matraque. Il a ensuite porté secours à l'enfant. "Il lui a prodigué les premiers soins comme il le pouvait", a poursuivi le membre du syndicat.

Des séjours en hôpital psychiatrique

Dans la soirée, au pied du petit immeuble, les habitants avaient besoin de se parler et de se rassurer face à cette agression totalement gratuite. "Je tremble là. Pourvu que le petit s'en sorte. Le quartier est calme, on peut laisser les enfants rentrer seuls. C'est un petit village tranquille. Il n'y avait aucune crainte jusqu'à aujourd'hui", confie une habitante.

Selon les voisins, l'agresseur, condamné il y a quelques années pour des faits de violences, a passé de longs séjours en hôpital psychiatrique. Son état mental a fait l'objet d'une première expertise dans la nuit de jeudi à vendredi, pendant la garde à vue.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/