1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. EN IMAGES - À Londres, Banksy sort à nouveau le pochoir pour défendre les migrants
2 min de lecture

EN IMAGES - À Londres, Banksy sort à nouveau le pochoir pour défendre les migrants

L'artiste de rue britannique a peint une fresque sur la façade de l'ambassade de France à Londres pour dénoncer la gestion des migrants par les autorités françaises dans la "jungle" de Calais.

Le promoteur immobilier affirme qu'il s'agit de protéger la fresque, qui peut valoir plusieurs centaines de milliers d'euros
Le promoteur immobilier affirme qu'il s'agit de protéger la fresque, qui peut valoir plusieurs centaines de milliers d'euros
Le promoteur immobilier affirme qu'il s'agit de protéger la fresque, qui peut valoir plusieurs centaines de milliers d'euros
L'oeuvre recouvre une partie de la façade de l'ambassade de France à Londres
L'oeuvre a été recouverte de panneaux en contreplaqué lundi
Le promoteur immobilier affirme qu'il s'agit de protéger la fresque, qui peut valoir plusieurs centaines de milliers d'euros
L'oeuvre recouvre une partie de la façade de l'ambassade de France à Londres
L'oeuvre a été recouverte de panneaux en contreplaqué lundi
1/1
Benjamin Hue & AFP

Les diplomates de l'ambassade de France n'auront pas profité longtemps de la dernière oeuvre de Banksy. Samedi 23 janvier, le célèbre grapheur a fait apparaître une peinture murale sur la façade de la représentation française au 58th Knightsbridge, dans l'ouest de la capitale britannique. L'artiste y met en scène une jeune fille, qui n'est pas sans rappeler le personnage de Cosette dans le célèbre roman de Victor Hugo Les Misérables. Devant un drapeau tricolore en lambeaux, la fillette a les yeux qui pleurent à cause des bombes lacrymogènes

Au pied de l'oeuvre, un QR code (que l'on peut scanner avec un smartphone) renvoie à une vidéo de sept minutes dénonçant l'utilisation de gaz lacrymogènes par les forces de l'ordre françaises dans la "jungle" de Calais le 5 janvier dernier, postée sur le compte YouTube de "Calais Migrants Solidarity". Apparue samedi soir, la fresque était toujours visible lundi matin. Mais en fin de matinée, des ouvriers ont recouvert le dessin par des panneaux contreplaqués, après avoir d'abord essayé de l'enlever, sous l’œil de nombreux badauds. 

Le promoteur immobilier responsable des travaux a expliqué qu'il s'agissait de"protéger" l'oeuvre de l'artiste de rue britannique. Les travaux de Banksy peuvent en effet valoir plusieurs centaines de milliers d'euros. La police a fait état d'une tentative de vol, dimanche soir, par deux hommes qui ont pris la fuite.

L'exemple Steve Jobs

En décembre, l'artiste street-art britannique avait déjà réalisé trois œuvres dans l'ancienne cité minière du Pas-de-Calais. L'une d'elle présente le fondateur d'Apple Steve Jobs, baluchon à l'épaule et premier Mac à la main, pour symboliser le parcours de cet entrepreneur, fils d'immigré syrien, parti étudier au Liban avant de rallier les États-Unis et de parvenir à la tête de l'un des sociétés les plus influentes de la planète. 

Banksy a fait figurer Steve Jobs à l'entrée de la "Jungle" de Calais
Banksy a fait figurer Steve Jobs à l'entrée de la "Jungle" de Calais
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
À lire aussi

"On nous amène souvent à penser que l'immigration est un fardeau pour les finances publiques. Mais Steve Jobs était le fils d'un immigrant syrien, expliquait alors Banksy dans un communiqué, reproduit par Rue89. "Apple est l'entreprise qui fait le plus de profits au monde ,et paye 7 milliards de dollars d'impôts par an. Et tout ça ne peut exister que parce qu'on a laissé entrer un jeune homme originaire de Homs (en Syrie)".

Un soutien aux migrants notoire

La mairie de Calais avait déposé une vitre de protection pour éviter que l'oeuvre ne soit vandalisée. Mais la plaque installée devant le pochoir a été arrachée et des graffitis noirs ont été apposés ces dernières semaines, rapporte La Voix du Nord. Un message a également rejoint celui de l'artiste : "La France tient plus à ce dessin qu'aux réfugiés", indique FranceTV Info

Plus tôt dans le mois, l'artiste avait déjà recouvert la façade d'un immeuble du centre-ville d'un graff faisant référence au Radeau de la Méduse et dessiné la silhouette d'un enfant le regard tourné vers les côtes britanniques, une valise à ses pied, sur un mur à proximité de la plage.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/