4 min de lecture Présidentielle 2017

Emmanuel Macron, cible numéro 1 du débat à 11

Le candidat du mouvement "En Marche" devrait concentrer une partie des attaques des dix autres participants de ce débat inédit.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Adeline François : Emmanuel Macron, cible numéro 1 du débat à 11 Crédit Image : BERTRAND GUAY / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

"En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal". C'est le Parisien/Aujourd'hui en France qui cite ce matin Machiavel à quelques heures du débat télévisé de ce soir, entre les 11 candidats à la présidentielle. Un débat qui occupe la plupart des unes : "Le jour de gloire des petits candidats", titre le Figaro, avec la photo en une des 6 candidats qui n'avaient pas été invités au premier débat. Ils font aussi la une du Télégramme : "3h30 pour crever l'écran".

Comment crever l'écran ? En s'inspirant pourquoi pas des conseils prodigués par le jury des concours d'entrée à l'ENA et que reprend Sophie Coignard sur le Point.fr ce matin. "Il est impossible de tirer le meilleur d'un être vivant en le bousculant, en le terrifiant ou en l'humiliant ; lorsqu'on le fait, on suscite les instincts archaïques de peur, de fuite ou d'agressivité, ce qui ne peut qu'inhiber le fonctionnement complet du cerveau."

On a sensibilisé les candidats au fait que les Français les jugeraient aussi sur leur courtoisie nous rassure le patron de BFM dans le Parisien. Reste une question en suspens : est-ce vraiment une bonne idée ce débat à 11 ? "Ce débat va-t-il vraiment servir la démocratie ou tourner à la cacophonie", se demande Bruno Dive dans Sud-Ouest.

Présidentielle : le débat va-t-il vous aider à faire votre choix ?
Nombre de votes : 6772 *Sondage à valeur non scientifique

"Il y a quand même, écrit Paul-Henri du Limbert dans le Figaro, quelque chose d'un peu loufoque à opposer des candidats qui ont de réelles chances de victoires à des contradicteurs en quête d'une publicité éphémère. Et qui parfois ne représentent qu'eux-mêmes." "Ce sera un traquenard pour les 5 favoris", résume la Nouvelle république du centre-Ouest.

Macron, cible numéro 1

À lire aussi
Jean-Marie Le Pen, l'ancien président et cofondateur du Front national. présidentielle 2017
Pourquoi l'État va rembourser 4,2 millions d'euros à Jean-Marie Le Pen

Et pour un en particulier Emmanuel Macron en une du Parisien : "La cible N°1". Ce soir, il sera seul contre tous. Macron dépeint comme "l'idole des temps nouveaux" par Jean d'Ormesson dans le Figaro. "Le Pen a un socle, Mélenchon a un socle, Fillon a un socle. Macron n'a pas de socle, il vit de la chute des autres", écrit l'académicien qui prédit que François Fillon va finir par tirer bénéfice des attaques qu'il a subies. Titre de sa tribune : "Toujours l'inattendu arrive".

Autre bénéfice pour François Fillon, moqué pour avoir dit hier qu'il ne parvenait pas à mettre de l'argent de coté à la fin du mois, le candidat LR fait l'objet d'une cagnotte Leetchi ouverte par le journal satirique Le Gorafi. Elle affiche ce matin plus de 1.421 euros, qui seront en réalité remis à une association.

La bonne idée du mariage entre villages

Oui parce que parfois en politique il y a des débats à plus de 11. Le Figaro s'intéresse ce matin à la façon dont les regroupements de communes sont en train de remodeler notre pays. Il y en a eu 517 depuis le début de l'année. C'est une révolution silencieuse qui se joue dans la France des villages lovés autour de leur église ou isolés dans les vallées. Dans plus de la moitié de ces fusions, il s'agit simplement du rapprochement entre deux mairies.

Mais parfois, c'est beaucoup plus. Le record vient d'être atteint dans le Calvados avec 22 villages qui ont décidé d'unir leur destin dans une communauté de commune désormais appelée "Livarot Pays d'Auge", 6.600 habitants au total et une salle spécial pour accueillir le conseil municipal avec les maires et leurs adjoints, soit 85 personnes qui arrivent à peu près a ne pas sombrer dans la cacophonie.

En devenant une commune nouvelle, les 22 villages ont été exonérés de la baisse de dotation de l'État, soit 200.000 euros sauvés. À quoi s'ajoutent les économies réalisées en mutualisant les moyens. Bref tout va bien sauf quand il va falloir arbitrer bientôt entre la réfection d'une église ouverte deux fois par an et celle d'un gymnase utile à tous. Et puis, il a surtout fallu faire face à la colère des villageois. Un des élus racontent avoir été apostrophé dans la rue par une dame : "Comment avez-vous osé toucher à la commune qui est un acquis de la Révolution française ?

Au beau milieu de la communauté de commune, un village a refusé le mariage, Lisores 260 habitants, qui s'emporte dès qu'on aborde le sujet. "Nous, nos caisses sont pleines et nos routes en bon état, on ne veut pas payer pour ceux qui ont des dettes". "Et puis, dit un autre, plus c'est centralisé et plus les élus s'en mettent plein les poches". Révolution silencieuse, ou pas.

On fait dans la dentelle pour finir

Petit article épatant dans les Échos ce matin. De la dentelle de Calais dans les prothèses mammaires. Voilà des années que l'on cherche à mettre au point une solution alternative aux prothèses mammaires actuelles, une solution plus naturelle et moins risquée. L'idée est née dans le cerveau  de trois médecins de l'hôpital de Lille : élaborer une prothèse  de reconstruction à base de graisse humaine. Sauf que les expériences n'ont pas été concluantes, la graisse ne tenait pas et se nécrosait, jusqu’à ce qu'un ingénieur textile de Roubaix ait l'idée géniale d'utiliser de la dentelle comme support de cette graisse.

Les dentellières de Calais ont été mises à contribution pour mettre au point une dentelle en fil résorbable qui sert de trame à la prothèse. Les premiers essais ont été concluants. L'hôpital de Lille vient de déposer le brevet et a reçu le prix de l'innovation textile. "Il y a quelque chose de plaisant à se dire que les femmes qui en bénéficieront auront de la dentelle dedans et dessus."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Emmanuel Macron Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants