1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Dysphorie de genre : "L'idée qu'on en a est souvent caricaturale", dit Anne Bargiacchi
2 min de lecture

Dysphorie de genre : "L'idée qu'on en a est souvent caricaturale", dit Anne Bargiacchi

Dans le nouvel épisode du podcast "Symptômes", la psychiatre Anne Bargiacchi insiste sur la multitude des évolutions possibles quand un enfant se questionne sur son genre et met en garde contre la caricature et une vision parcellaire du sujet.

Symptomes
Symptomes
Crédit : RTL Originals
15. Dysphorie de genre : les médecins à l'écoute des enfants
36:16
Éléonore Merlin

Quand on lui a proposé de commencer à recevoir des enfants transgenres, dans la première consultation dédiée à l’hôpital Robert Debré, la psychiatre Anne Bargiacchi ne s’y attendait pas. Jusqu'ici, elle était spécialisée dans la prise en charge des troubles alimentaires chez les jeunes et s'intéressait assez peu aux questionnements sur le genre. 


D’ailleurs, en 2013, le sujet de la "dysphorie de genre", les personnes qui se sentent malheureuses dans le genre qui leur a été assigné à la naissance, est encore assez peu connu. Et parfois même caricaturé. Depuis, Anne Bargiacchi a reçu en consultation une centaine d'enfants concernés par ces questionnements. 

Dans le podcast Symptômes, elle explique combien chaque parcours est à examiner avec prudence et précaution. Lors du premier entretien avec l'enfant et sa famille, elle s'efforce toujours de "définir les besoins" et surtout "d'élargir l'horizon des possibles". Car non, ce n’est pas parce qu’un enfant âgé de 6-7 ans se plait à changer de genre dans ses jeux, ses rêves et ses comportements sociaux, qu’il entamera une transition à l’âge adulte.

Se questionner ne mène pas forcément à la transition

"Parfois, l'idée de ce qu'on pense possible quand on est dans cette situation-là peut être très parcellaire et très caricaturale. On peut penser en effet que, si un enfant exprime une transidentité ou un questionnement sur le genre, eh bien ça veut dire que l'étape ultime, c'est qu'il fasse une transition complète, extrêmement binaire, du côté de l'autre genre. Et en réalité, c'est une évolution possible mais ce n'est pas représentatif de la totalité des situations et c'est peut-être même pas des plus fréquentes", insiste la psychiatre.
 

Pour Anne Bargiacchi, il faut vraiment lutter contre cette idée qui peut effrayer les personnes concernées comme leur entourage : "Ca peut être inquiétant pour les familles, de penser que si leur enfant exprime une interrogation sur leur genre, ça veut dire que hop, on est en train de mettre le doigt dans un engrenage et qu'on va en arriver à la chirurgie". 

À lire aussi

L'accompagnement des enfants se questionnant sur le genre peut consister en une simple écoute. Si les questionnements persistent et qu'un malaise semble grandir à l'approche de l'adolescence, une transition sociale et / ou des bloqueurs de puberté peuvent éventuellement être proposés.

Au-delà des consultations à l'hôpital, la psychiatre Anne Bargiacchi souligne l'importance du rôle parental dans la construction de leurs enfants : "On a probablement assez peu d'impact sur ce qui va advenir de l'identité de genre de nos enfants, finalement, on va jouer un rôle minuscule sur le fait qu'ils vont être cisgenres, transgenres, etc. En revanche, on a un immense rôle à jouer sur comment ils vont se ressentir, quel que soit leur genre, c'est à dire est ce qu'ils vont intérioriser une forme de transphobie parce qu'on leur fait honte, ou quand ils voient que leur environnement réagit négativement... Et donc ça, ça a un impact important sur la santé mentale, sur le bien-être, sur comment on fonctionne plus tard quand on est un plus grand enfant, un adolescent, un adulte...", prévient-elle.

Abonnez-vous à ce podcast

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/