1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Don du sang pour les homosexuels : une révolution en demi-teinte ?
1 min de lecture

Don du sang pour les homosexuels : une révolution en demi-teinte ?

REPLAY - Les homosexuels vont pouvoir donner leur sang à partir du printemps 2016… sous réserve de conditions. Certaines suscitent des critiques d'associations.

Marc-Oliver Fogiel
Marc-Oliver Fogiel
Crédit : Elodie Grégoire
"On refait le monde" du mercredi 4 novembre 2015 - l'intégralité
28:49
Don du sang pour les homosexuels : une révolution en demi-teinte ?
09:30
Sarkozy – Hollande, l’heure de la revanche ?
11:11
Code du travail : réforme ou réformette ?
08:05

On refait le monde avec : 
- Christine Ockrent, journaliste
- Xavier Couture, producteur 
- Rokhaya Diallo, militante associative française
- Denis Tillinac, écrivain

Les homosexuels vont pouvoir donner leur sang à partir du printemps 2016… sous réserve de conditions. La première : une abstinence d'un an. Une décision qui "garantit la sécurité du don du sang", a souligné Marisol Touraine pour "rassurer les receveurs". Si les associations ont salué cette "avancée", la plupart déplorent que les conditions du don ne soient pas les mêmes pour tous. L'exclusion permanente des dons du sang des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes avait été instituée en 1983 en raison des risques du sida.

Un dispositif en place en Australie et en Finlande

Pour Xavier Couture, l'intention est "bonne". Le producteur rappelle que les homosexuels sont statistiquement la population la plus touchée par le virus du sida. "C'est un fait". De son côté, la journaliste Christine Ockrent avoue son incompréhension. "Je ne vois pas qui peut se satisfaire de cette mesure. Ou bien on autorise et sans condition ou bien on interdit". Elle souligne un effet d'annonce "très curieux", avant de rappeler que le même dispositif existe déjà à l'étranger, notamment en Australie et en Finlande.

L'écrivain Denis Tillinac dénonce une solution "mi-chèvre, mi-chou" qui ne fait qu'"induire une certaine homophobie" et s'interroge plus généralement sur l'aspect "déclaratif" de cette mesure : "Comment démontrer qu'on n'a pas eu de relation sexuelle pendant un an ?".

Un hétérosexuel qui a des partenaires multiples sans se protéger va toujours pouvoir donner son sang.

Rokhaya Diallo, militante asociative

Rokhaya Diallo se dit "choquée" par une "mesure de discrimination d'État". Elle rappelle que ce n'est pas le fait d'être homosexuel qui pose problème mais bien "les comportements à risque". "Pourquoi ne pas se focaliser sur les comportements à risque ?" ajoute-t-elle avant de souligner le fait qu'un "hétérosexuel qui a des partenaires multiples sans se protéger va toujours pouvoir donner son sang". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/