1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Des vaches françaises vont s'envoler pour l'Iran
1 min de lecture

Des vaches françaises vont s'envoler pour l'Iran

Ce sont 20.000 bêtes qui feront le voyage chaque année entre le bocage normand et l'Iran. Un contrat qui tombe bien pour la filière française.

Les bêtes ont inhalé un gaz toxique créé par le versement de sulfate d'ammonium.
Les bêtes ont inhalé un gaz toxique créé par le versement de sulfate d'ammonium.
Crédit : SIPA
Des vaches françaises vont s'envoler pour l'Iran
01:46
Des vaches françaises vont s'envoler pour l'Iran
01:48
Virginie Garin & Loïc Farge

Pour commencer, 350 vaches vont prendre l'avion pour Téhéran début juin. Mais si l'opération est concluante, ce sont 20.000 bovins par an qui feront le voyage chaque année entre le bocage normand et l'Iran. L'Iran est un grand pays mais qui n'a pas d'élevage, peu de fermes. Or les Iraniens adorent la viande grillée. Ce contrat a un caractère exceptionnel. La France exporte des vaches vivantes (plus d'un million par an), mais en général c'est par camion ou bateau, surtout en Europe, de plus en plus vers la Turquie et Israël. Là ce sera en avion. Les éleveurs normands ont fait leurs calcul : ça va doubler le prix du steak sur place. Il s'agit donc de développer là-bas une filière haut de gamme.

Tout est parti d'une soirée à l'ambassade de France à Téhéran en novembre dernier. Le président de la région Normandie est là. Hervé Morin a emmené avec lui des chefs d'entreprises. Il rencontre le gérant d'un abattoir iranien qui cherche de vaches. Les contacts sont pris. Le contrat sera détaillé ce jeudi 4 mai. Les vaches "made in Normandie" seront engraissées en France, puis envoyées en Iran.

En Normandie, on élève des vaches plutôt pour leur lait et pour en faire des fromages. Mais il y a aussi des troupeaux de bovins à viandes, plutôt de race charolaises d'ailleurs. Un secteur à l'image de la filière française, qui ne va pas très bien. Ce nouveau marché vers l'Iran ne sera pas le plus écologique. Il faudra calculer le bilan carbone de l'entrecôte iranienne, mais ce contrat devrait soulager les éleveurs français.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/