1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Des maires veulent savoir si des fichés S résident dans leurs communes
1 min de lecture

Des maires veulent savoir si des fichés S résident dans leurs communes

Pour l'instant, la "fiche S" est uniquement accessible aux services de renseignement, mais les édiles veulent faire changer la loi.

Les locaux des services de renseignement français
Les locaux des services de renseignement français
Clémence Bauduin
Journaliste

Certains maires veulent savoir s'ils comptent, parmi leurs administrés, des menaces potentielles pour leur commune et pour leur territoire. Ils réclament l'accès aux noms des personnes fichées S de leur commune. Constitués en un groupe, ces élus revendiquant ce changement vont rencontrer le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve "la semaine prochaine", selon Le Figaro.

Les noms des fichés S sont réservés à la discrétion du renseignement et des enquêteurs : hors de question pour le gouvernement de les rendre publiques. Mercredi 5 octobre, le sénateur Hervé Maurey a pourtant déposé une proposition de loi pour permettre de faire changer cette règle et d'élargir la connaissance des fichés S aux maires des communes. 

20.000 fichés S en France pour quelque 35.000 communes

En septembre, le maire d'Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza, avait fait savoir dans Le Parisien son intention de connaître ces personnes suivis par les services de renseignement. D'autres, comme l'édile d'Évreux, soutiennent également l'initiative. De son côté, Franck Proust, maire par intérim de Nîmes, demande que le premier magistrat de sa ville puisse accéder personnellement aux fiches "S" en tant qu'officier de police judiciaire.

Les fichés S sont des personnes qui, selon les services de renseignement, représentent une menace pour la sûreté de l'État. Si l'expression s'est fait connaître à travers l'évocation d'aspirants jihadistes, les fiché "S" ne sont pas forcément des personnes en proie au jihadisme. Sur les quelque 20.000 fichés, 10.500 sont surveillés pour leur proximité avec des mouvances islamistes, selon des chiffres donnés il y a près d'un an par le Premier ministre Manuel Valls. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/