1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Des cellules et organes de porcs morts ramenés à la vie par des chercheurs
2 min de lecture

Des cellules et organes de porcs morts ramenés à la vie par des chercheurs

C'est une avancée importante pour la science. Des scientifiques ont réussi à relancer, pendant 6 heures, la circulation sanguine et le fonctionnement de cellules du corps de porcs morts.

Des porcs (illustration)
Des porcs (illustration)
Crédit : PIERRE ANDRIEU / AFP
Robinson Hollanders & AFP

Déjà, en 2019, l'équipe de scientifique à l'origine de ces avancées avait stupéfié la communauté scientifique en réussissant à restaurer la fonction cellulaire dans le cerveau de porcs quelques heures après leur décapitation. En 2022, ils ont relancé la circulation sanguine et le fonctionnement durant quelques heures de cellules du corps de porcs décédés peu avant, selon une étude qui laisse espérer des utilisations médicales, mais soulève aussi des questions éthiques.

Dans leurs recherches, publiées mercredi dans la revue Nature, ces mêmes scientifiques ont cherché à étendre cette technique à l'ensemble du corps de l'animal. Pour réussir ce tour de science, ils ont provoqué une crise cardiaque chez des porcs anesthésiés, empêchant le sang de circuler et privant leurs cellules d'oxygènes, tuant ainsi les porcs. 

Une heure plus tard, l'équipe injecte dans le corps un liquide contenant le sang des porcs, une forme synthétique d'hémoglobine ainsi que des médicaments qui protègent les cellules et empêchent la formation de caillots sanguins. Suite à cette injection, le sang s'est remis à circuler, y compris dans les organes vitaux comme le cœur, le foie ou les reins, et ce, pendant six heures. 

"Sauver des organes"

Lors d'un point de presse, l'auteur principal de l'étude, chercheur à l'Université de Yale, Nenad Sestan, a indiqué que "ces cellules fonctionnaient des heures après alors qu'elles n'auraient pas dû fonctionner. Cela montre que la disparition des cellules peut être stoppée". Un co-auteur de l'étude, chercheur à Yale, David Andrijevic, a précisé qu'au microscope, la différence entre un organe normal et sain d'un organe traité post-mortem était difficile à établir.

À écouter aussi

L'ambition de cette équipe est de "sauver des organes" en prolongeant leur fonctionnement, notamment dans les cas où un patient est en attente d'une greffe. La technique, baptisée OrganEx, pourrait permettre de nouvelles formes de chirurgie en donnant "plus de marge de manœuvre médicale", a indiqué Anders Sandberg de l'université d'Oxford.

Évidemment, cette avancée scientifique soulève de nombreuses problématiques, aussi bien d'ordres médicaux, qu'éthiques ou encore philosophiques. L'équipe de scientifique reste néanmoins prudent sur leurs résultats. Des mouvements de tête inexpliqués des porcs durant l'expérience interrogent les scientifiques qui appellent à davantage de recherches. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/