1 min de lecture Tunnel sous la Manche

Crise des migrants : "La limite c'est le droite d'asile, il faut pouvoir sélectionner", clame Didier Reynders

REPLAY - Pour lutter contre cette crise des migrants, le ministre belge des Affaires étrangères souhaite "répartir la solidarité sur l'ensemble des pays européens".

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi iTunes RSS
>
Crise des migrants : "La limite c'est le droite d'asile, il faut pouvoir sélectionner", clame Didier Reynders Crédit Image : Philippe Maillet | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date : La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Claire Gaveau

La crise des migrants fait une nouvelle fois la une de l'actualité. Dans la nuit de mardi à mercredi, six Eurostar sont restés bloqués entre Paris et Londres alors que plusieurs migrants s'étaient insérés dans le tunnel sous la Manche. En Hongrie, la gare de Budapest est elle aussi encerclée par des milliers de migrants. Pour Didier Reynders, ministre belge des Affaires étrangères, cette crise des migrants pose une question importante pour l'Union européenne. "Il faut savoir si on est capable de mener ensemble une politique de migration. C'est un vrai débat. Vous citez Calais, la Hongrie mais tous les pays européens sont sous pression face à cette crise", a-t-il commenté. 

Et s'il se réjouit que certaines personnes souhaitent accueillir les migrants, le dossier est complexe. "Nous devons accueillir des réfugiés qui ont le droit d'asile mais nous devons aussi répartir cette solidarité sur l'ensemble des pays européens. Chacun doit prendre sa part de cet accueil", a-t-il déclaré. 

Il faut faire la différence entre le droit d'asile et les migrants économiques. Pour l'instant, la priorité va aux réfugiés

Didier Reynders
Partager la citation

Et s'il milite donc pour cette répartition équilibrée, Didier Reynders rappelle qu'il est impossible d'accueillir tout le monde. "Il faut faire la différence entre le droit d'asile et les migrants économiques. Pour l'instant, la priorité va aux réfugiés, la limite c'est le droit d'asile (...) Il faut pouvoir sélectionner", a-t-il martelé regrettant la construction de barrières physiques au lieu d'un travail commun pour contrôler les frontières extérieures. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tunnel sous la Manche Union européenne Immigration
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants