1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : plus fort recul de l'espérance de vie depuis la Seconde Guerre mondiale
2 min de lecture

Coronavirus : plus fort recul de l'espérance de vie depuis la Seconde Guerre mondiale

Une nouvelle étude anglaise montre l'importance du déclin de l'espérance de vie entraîné par la crise du Covid-19 à travers le monde.

Un soignant s'occupe d'une patiente malade du coronavirus à l'hôpital AP-HP Louis Mourier de Colombes, le 4 mai 2021.
Un soignant s'occupe d'une patiente malade du coronavirus à l'hôpital AP-HP Louis Mourier de Colombes, le 4 mai 2021.
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Victor Goury-Laffont

C'était une conséquence envisageable de cette épidémie. Selon une étude réalisée par des chercheurs de l'université d'Oxford et publiée dans le International Journal of Epidemiology, les pays d'Europe de l'Ouest ont connu en 2020 le plus fort recul de l'espérance de vie depuis la Seconde Guerre mondiale. Une tendance qui se confirme un peu partout dans le monde.

29 pays ont été étudiés dans le cadre de cette étude. La France en fait partie, et ne fait pas figure d'exception. Les femmes perdent un peu plus de sept mois d'espérance de vie à la naissance et les hommes huit, selon cette recherche. Des chiffres proches de ceux avancés par l'Insee dans son bilan démographique de 2020, qui estimait une demi-année d'espérance en vie en moins pour les femmes et légèrement plus pour les hommes.

La chute la plus vertigineuse répertoriée dans l'étude est celle aux États-Unis : les hommes perdent deux ans et trois mois d'espèrance, les femmes près d'un an et sept mois. En Lithuanie, la perte subie est supérieure à un an et demi. Au total, 11 des 29 pays enregistrent une baisse de plus d'un an chez les hommes et huit chez les femmes.

Des chiffres historiques

Ces baisses sont "surtout imputables à une mortalité en croissance chez les personnes de plus de 60 ans et les morts officiels de la Covid-19", selon les auteurs de l'étude. Pour l'Europe de l'Ouest et en Amérique du Nord, c'est donc une première depuis la Seconde Guerre mondiale, à l'Est, de telles chutes n'avaient pas été enregistrées depuis la fin du bloc soviétique.

À noter que l'espérance de vie dans plusieurs pays occidentaux avait déjà connu des baisses, bien plus légères néanmoins, ces dernières années. Aux États-Unis, par exemple, l'espérance de vie stagne ou baisse depuis 2013. Une chute qu'un dirigeant de la santé publique américaine avait liée, fin 2018, à une hausse du nombre d'overdoses et de suicides dans le pays.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/