2 min de lecture Médias

Confiance dans les médias : "Journaliste, un métier qu'on adore détester", note Guillemette Faure

REPLAY / BILLET - À part pour la radio, la confiance des Français dans les médias est en baisse. Pour la journaliste, il n'y a pas matière à s'inquiéter.

Micro RTL générique On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
Confiance dans les médias : "Journaliste, un métier qu'on adore détester", note Guillemette Faure Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Générique 1
Guillemette Faure et Loïc Farge

"La question posée dans ce baromètre depuis quasiment vingt ans, c’est : 'Est-ce que vous pensez que les choses se sont passées comme on vous les a racontées ?' Moi je trouve ça plutôt rassurant que des gens pensent que non", lance Guillemette Faure. "Après tout, ils ont raison. C’est signe que le métier de journaliste a été démystifié, si on se rend compte que c’est un métier artisanal fait par des êtres humains, qu’un journaliste qui débarque quelque part risque de se fourvoyer", poursuit-elle. La journaliste propose de prendre la question à l’envers : "Est-ce qu’il faut regretter l’époque où les gens croyaient ce qu’ils voyaient ou entendaient dans les médias ?". Sa réponse : "Pas forcément".

"Aujourd'hui si on doute, c’est parce qu’on a de plus en plus de moyens de recouper des informations qu’autrefois et plus de possibilités de contester la version d’un événement", décrypte-t-elle. Ainsi "quand on apprend que l’assaut de Saint-Denis ne s’est pas passé comme on nous l’a initialement raconté, c’est aussi grâce aux médias, parce que de nouvelles informations ont été révélées".

Google News plus cru que les sites d'info

La défiance peut aller loin, avec le développement des théories du complot. "Bien sûr ce n’est pas plus malin de penser que tout est faux que de tout gober", avertit Guillemette Faure, qui se dit "frappée par une étude qui montre que les gens croient plus ce qu’ils lisent sur Google News que sur les sites d’information des médias". Selon elle, "bien plus que sur la crédibilité des médias, ces enquêtes nous renseignent sur la relation du grand public aux journalistes, cette profession qu’on adore détester".

"La preuve que tout ceci est très émotionnel, c’est que l’an dernier, la crédibilité des médias était de huit points plus élevée qu'aujourd'hui", note-t-elle. "Le sondage avait été conduit en janvier. La rédaction de Charlie Hebdo venait d’être abattue. Touchés chez eux, les médias soudain gagnaient en crédibilité", conclut-elle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias Presse Internet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants