1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Chômage : "Il y a un problème de formation", dit le vice-président du Medef
1 min de lecture

Chômage : "Il y a un problème de formation", dit le vice-président du Medef

INVITÉ RTL - Pour le Medef, près de 600.000 offres d'emploi n'ont pas été pourvues en 2017. Thibault Lanxade, vice-président du syndicat, appelle à une valorisation des secteurs qui recrutent et des formations professionnelles.

Un entretien d'embauche à Pôle Emploi (illustration)
Un entretien d'embauche à Pôle Emploi (illustration)
Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Chômage : "Il y a un problème de formation", dit le vice-président du Medef
06:36
L'invité de RTL MIDI du 20.12.17
06:35
Christelle Rebière & Vincent Parizot

Entre 200.000 et 330.000 offres d'emploi n'ont pas trouvé preneur en 2017 souligne une étude de Pôle Emploi. Le Medef fait une estimation encore plus inquiétante puisque ce serait entre 400.000 et 600.000 postes qui n'auraient pas été pourvus. Pour Thibault Lanxade, vice-président du Medef, certaines filières vont mal : "L'analyse vient des fédérations professionnelles, qui expriment leurs difficultés à pourvoir leurs différentes offres d'emploi". 

Comment expliquer un nombre aussi élevé ? Les offres ne seraient-elles pas assez attractives ? Pour Thibault Lanxade, ce n'est pas un problème de précarité, ni de mobilité : "Ce sont des professions qui ne sont pas forcément valorisées. Il y a un problème de formation et de valorisation dans les métiers de l'hôtellerie par exemple, alors que les taux de rémunération sont souvent très élevés". 

Des capacités de production sont saturées parce qu'on n'arrive pas à recruter

Thibault Lanxade

Le vice-président du Medef dénonce donc un problème de formation, avec des filières qui ne sont plus forcément adaptées aux réalités de la profession. Thibault Lanxade appelle également à une valorisation de ces métiers, qui ont des places à offrir. Selon lui, il y a urgence à agir car certaines entreprises, dans l'industrie, ne fonctionnent pas à leur capacité maximale : "Des capacités de production sont saturées parce qu'on n'arrive pas à recruter, explique-t-il. Il me manque une trentaine de personnes dans mon entreprise, alors que, paradoxalement, on a un taux de chômage très élevé". 

Enfin, le vice-président du Medef souligne que Pôle Emploi n'est plus forcément adapté au marché actuel de l'emploi : "Vous recrutez plus facilement aujourd'hui sur le Bon Coin que sur Pôle Emploi. Le Bon Coin est devenu le premier site de recrutement en France, devant Pôle Emploi".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/