2 min de lecture Cgt

CGT : le sort de Thierry Lepaon discuté en réunion

Ce vendredi matin, la direction de la centrale de la CGT entendra Thierry Lepaon pour discuter de son sort à la tête du syndicat.

Thierry Lepaon pourrait accepter un départ volontaire, voire être renvoyé (archives).
Thierry Lepaon pourrait accepter un départ volontaire, voire être renvoyé (archives). Crédit : NICOLAS TUCAT / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Réunion cruciale ce vendredi 5 décembre à la CGT : le numéro un Thierry Lepaon, éclaboussé par des faux pas répétés et des indemnités jugées par les militants "scandaleuses", est face à la direction de la centrale qui souhaite en majorité son départ.

Le bureau exécutif se réunit au siège de la centrale à Montreuil, avec au menu un seul sujet : le sort du secrétaire général, aux manettes depuis seulement un an et demi. Le débat risque d'être tendu, l'état d'esprit de Thierry Lepaon reste l'inconnue : acceptera-t-il de céder la place ou ira-t-il au clash avec ses pairs?

Thierry Lepaon a perdu la confiance de l'organisation.

Une source interne à la CGT
Partager la citation

"Il serait préférable qu'il accepte la démission, à la fois pour lui et dans l'intérêt de l'organisation, pour mettre fin à la crise", a indiqué une source interne. "Thierry Lepaon a perdu la confiance de l'organisation et il sera difficile pour lui de continuer à la diriger", ajoute-t-elle. A défaut d'accepter le départ volontaire, le numéro un risque d'être renvoyé. 

La relève déjà envisagée

Cette semaine, des révélations sur les indemnités perçues du comité régional CGT de Normandie, qu'il dirigeait avant de prendre la tête de la centrale, ont suscité une indignation générale à la CGT. Le montant des indemnités est de 30.000 euros, alors qu'auparavant le chiffre de 100.000 euros circulait.

À lire aussi
Une grève de fonctionnaires à Montpellier en mars 2018 (illustration) réforme des retraites
Les infos de 6 h - Retraites : le gouvernement planche sur un plan B

"Ces indemnités ne sont pas acceptables. C'est gravissime, on ne peut plus lui donner du crédit. Ce qu'il a fait, c'est purement scandaleux, ce ne sont pas des valeurs que porte l'organisation" s'emporte une déléguée.

Personne n'a envie de revivre la guerre des chefs.

Une dirigeante de la CGT
Partager la citation

Désormais les yeux sont tournés vers la relève : "c'est une grande question", indique une dirigeante. "L'organisation est dans une situation de doute et d'angoisse et personne n'a envie de revivre la guerre des chefs" qui avait secoué la centrale lors de la succession de Bernard Thibault en 2012, ajoute-t-elle.

Le conflit avait alors été réglé par l'élection de Thierry Lepaon, candidat par défaut. "Il faut que les uns et les autres fassent preuve de beaucoup de responsabilité pour affronter la période difficile à venir", prévient cette source alors que des noms commencent déjà à circuler dans la presse.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cgt Thierry Lepaon Syndicats
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants