1 min de lecture Le journal

Cas suspect d'Ebola en Île-de-France : l'infirmière malade est extrêmement surveillée

REPLAY INTÉGRAL – Cet après-midi, une infirmière a été admise à l'hôpital militaire Bégin (Île-de-France), pour des soupçons de contamination par Ebola. Elle est actuellement isolée dans une chambre spécialisée, en attendant de savoir si elle a réellement contracté le virus de la fièvre hémorragique mortelle. - Le journal de 18h, du 16 octobre 2014.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Cas suspect d'Ebola en Île-de-France : l'infirmière malade est extrêmement surveillée Crédit Image : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet et La rédaction de RTL

Une infirmière suspectée d'une contamination par le virus Ebola a été admise cet après-midi à l'hôpital militaire Bégin. Elle est actuellement isolée dans une chambre stérile à pression négative, afin que l'éventuel virus reste confiné. Deux sas ont été aménagés dans la salle pour que le personnel soignant, équipé de combinaisons complètes, puisse aller et venir, sans rentrer en contact physique avec la patiente.


Pour l'heure, des tests sanguins prélevés sur l'aide-soignante ont été envoyés à l'Institut Pasteur de Lyon pour vérifier si elle a effectivement contracté le virus de la fièvre hémorragique. D'après l'institut, les résultats des analyses ne devraient pas être connus avant plusieurs heures.


Notons que l'infirmière aurait pu être contaminée par le virus en entrant régulièrement en contact avec l'humanitaire française de Médecins sans frontières, qui a été infectée par Ebola au Liberia. Cette dernière avait été rapatriée pour recevoir des soins expérimentaux à l'hôpital militaire Bégin.

À écouter également dans ce journal

- L'Élysée vient de trancher en faveur de la modulation des allocations familiales en fonction des revenus. Elles seront notamment divisées par 2, à partir de 6.000 euros de revenu mensuel, et par 4 au-delà de 8.000 euros.
- Pour compenser la perte occasionnée par l'abandon de l'écotaxe, les transporteurs routiers devraient également subir la hausse de 4 centimes sur le prix du gazole, selon Alain Vidalies, le secrétaire d'État aux Transports. Cette augmentation devrait prendre effet à partir du 1er janvier prochain.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Le journal
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants