2 min de lecture Société

"Blue Monday" : arnaque ou réel jour de déprime ?

En ce troisième lundi du mois, voilà le retour du "Blue Monday" ou "lundi blues". Selon une étude menée par un psychologue de Cardiff, cette journée serait la plus déprimante de l'année. Une étude qui ne repose finalement sur aucun élément scientifique.

Penser sans cesse à la même chose peut nous déprimer (illustration).
Penser sans cesse à la même chose peut nous déprimer (illustration). Crédit : Cold River Productions /REX/SIPA
Marie Gingault

Ce lundi 20 janvier serait le "Blue Monday" : blue pour blues. Ce qui signifierai, comme chaque année que ce troisième lundi du mois de janvier serait le pire jour de l'année, le plus déprimant. 

Serait, car aucune données scientifiques ne confirme cette étude. Le "Blue Monday" a fait son apparition en 2005 à la suite d'une étude réalisée par Cliff Arnal, psychologue et professeur à l'université de Cardiff (Pays de Galles). 

A l'aide d'une formule, le psychologue a établi que le troisième lundi du mois de janvier était le pire jour de l'année. Elle est composée de la façon suivante : W pour "weather" ou météo en français, D-d est la différence entre les dettes contractées et la capacité à les rembourser avant la prochaine paie. Le T correspond au temps écoulé depuis Noël accompagné d'une puissance Q qui nous renvoie à la période passée depuis nos résolutions. Le tout divisé par le manque de motivation (M) multiplié par le besoin d'agir (Na).

Financée par une agence de voyage

Cette étude bien qu'élaborée, n'est en réalité qu'un gigantesque coup de com. Alors que les scientifiques criaient au scandale à la suite de cette formule, il aura tout de même fallu cinq ans pour que ne soit dévoilé le pot aux roses.

À lire aussi
Un médecin ausculte un patient présentant des symptômes du coronavirus le 17 février 2020 à Wuhan en Chine société
Coronavirus : "La psychose est injustifiée", estime Natacha Polony

Bien que le mois de janvier soit déprimant de par son ciel gris voir pluvieux, ses températures basses et l'attente qui semble interminable avant les prochains congés, le "Blue Monday" n'existe pas

Il s'agit d'un coup de communication financé par une agence en relations publiques qui cherchait à promouvoir une agence de voyage. Le but était d'inciter les gens à voyager en janvier, période "creuse" pour partir en vacances. Le troisième lundi de janvier serait donc tout aussi déprimants que les autres lundi d'hivers, pas plus pas moins. 

Et bien que la vérité ai été dévoilé quant à ce faux "Blue Monday", cela n'a pas arrêté le dit psychologue qui a réitéré ses études farfelues six ans après, avec cette fois-ci, le jour le plus exaltant de l'année. 

Et oui, après le "Blue Monday" le troisième lundi de janvier, Cliff Arnal révèle que le jour le plus heureux tomberait le troisième vendredi du mois de juin. Et cette fois-ci, l'étude n'est pas financée par une agence de voyage... Mais par une entreprise de glaces.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Dépression Arnaque
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants