2 min de lecture Université

Blessé grave à Tolbiac : une étudiante reconnaît avoir menti

"Libération" démonte la rumeur persistante faisant état d'un jeune gravement blessé lors de l'évacuation de l'université le 20 avril.

Le blocage du site universitaire parisien de Tolbiac a été levé au petit matin, le 20 avril 2018
Le blocage du site universitaire parisien de Tolbiac a été levé au petit matin, le 20 avril 2018 Crédit : AFP /
103787476925100813301
Félix Roudaut

L'accusation est grave. Vendredi 20 avril, plusieurs médias se sont fait l'écho d'un dramatique accident en marge de l'évacuation de la faculté de Tolbiac, bloquée depuis le 26 mars par des étudiants vent debout contre la réforme de l'université. Un étudiant aurait été grièvement blessé à la tête avant de tomber dans le coma, rapporte le site Reporterre avec force de témoignages. Mais quelques jours de folle rumeur et une enquête de Libération plus tard, le siteadmis s'être fait duper sur la base de faux témoignages. L'accident n'a jamais eu lieu.

Libération s'est lancée à la recherche des témoins-clés.Tous sont introuvables, sauf une étudiante qui s'était confiée au Média, le pure player proche de La France Insoumise. "La première chose qu'on a vue (...), c'est un gars devant les grilles, la tête complètement explosée, une flaque de sang énorme", relatait la jeune femme. Mais dans les colonnes de Libération, le ton est tout autre. De témoin oculaire, elle se transforme en source indirecte. "Je ne suis pas un témoin visuel", finit-elle en effet par reconnaître, avant de se justifier : "Les témoins ne veulent pas parler aux médias, c'est pourquoi nous relatons les faits".

Les riverains affirment quant à eux n'avoir rien vu ni entendu le soir de l'évacuation. Quant au personnel hospitalier, il ne fait état d'aucune prise en charge d'un étudiant grièvement blessé le 20 avril. L'Assistance publique des hôpitaux de Paris s'est même fendue d'un communiqué limpide, démentant "fermement" sur Twitter "les rumeurs selon lesquelles un blessé grave aurait été conduit dans l'un des services de l'AP-HP à la suite de l'évacuation de Tolbiac".

À lire aussi
Le Shiru Café à l'université Brown, à Providence, aux Etats-Unis international
Dans ce café, les clients paient avec... leurs données personnelles

Même son de cloche du côté de la préfecture de police, qui a toujours affirmé "qu'aucun blessé grave qui puisse être en lien avec cette opération d'évacuation n'a été hospitalisé dans les services de réanimation". La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal avait assuré le 20 avril sur RTL se fier "à ce qu'a dit le préfet de police qui a dit que l'opération s'était déroulée dans le plus grand calme".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Université Société Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793156573
Blessé grave à Tolbiac : une étudiante reconnaît avoir menti
Blessé grave à Tolbiac : une étudiante reconnaît avoir menti
"Libération" démonte la rumeur persistante faisant état d'un jeune gravement blessé lors de l'évacuation de l'université le 20 avril.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/blesse-grave-a-tolbiac-une-etudiante-reconnait-avoir-menti-7793156573
2018-04-25 17:35:36
https://cdn-media.rtl.fr/cache/OmC7OFJHz9Lb_ctaiioCGg/330v220-2/online/image/2018/0420/7793087257_le-blocage-du-site-universitaire-parisien-de-tolbiac-a-ete-leve-au-petit-matin-le-20-avril-2018.jpg