1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Belgique : après ses propos sexistes, l'université présente ses excuses
1 min de lecture

Belgique : après ses propos sexistes, l'université présente ses excuses

Elle demandait dans un mail à ses étudiantes diplômées de porter "une robe ou une jupe ainsi qu'un joli décolleté".

60% des salariés ont été victimes de violences sexuelles et sexistes au travail
60% des salariés ont été victimes de violences sexuelles et sexistes au travail
Crédit : iStock
Arièle Bonte
Arièle Bonte

"Une communication tout à fait déplacée", témoignage d'un "sexisme ordinaire", a reconnu mercredi 31 mai le porte-parole de la prestigieuse Université libre de Bruxelles (ULB), Nicolas Dassonville.

Devant la polémique qui a grandi ces derniers jours, le recteur de l'université bruxelloise a présenté ses excuses et envoyé une nouvelle version de l'email dans lequel l'ULB demandait en premier lieu à ses étudiantes en septième année de médecine de porter, lors de leur cérémonie de remise de diplômes, "une robe ou une jupe ainsi qu'un joli décolleté".

Les étudiants ont immédiatement "réagi à la réception de ce mail", a expliqué à l'Agence France Presse le délégué des étudiants en dernière année de médecine, Jérémy Blanc, en déplorant "une mauvaise formulation" du secrétariat de la faculté de médecine.

L'email incriminé a en tout cas choqué la porte-parole du bureau des étudiants de l'ULB, Alix Leroy. Elle a par ailleurs dénoncé des livres de cours "bourrés de stéréotypes de genre" et où les "femmes n'existent pas" et des "blagues ou petites réflexions" sexistes de la part de professeurs ou d'étudiants.

À lire aussi

Une réunion d'urgence s'est tenue en début de semaine entre la direction de l'université et le secrétariat à l'origine de l'e-mail pour procéder à "une mise au point".

Un combat loin d'être gagné

Au cours de l'entrevue, "chacun a reconnu le caractère déplacé des consignes", a précisé à l'AFP le porte-parole de l'université mais "il n'y a pas eu de sanctions". Pour Nicolas Dassonville, la polémique démontre que "ce type de communication ne passe plus", ajoutant que "le combat n'est pas gagné".

Et celui-ci d'ajouter : "l'université reflète la société" et notamment son "sexisme du quotidien", malgré une mesure de "discrimination positive" qui vise à maintenir dans chaque promotion "le même pourcentage de femmes que dans la promotion précédente".

Ce n'est pas assez pour Alix Leroy qui a réclamé la création d'une "commission disciplinaire" qui veillerait à faire respecter une "charte anti-sexiste".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.