1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Avec Les 2 GeorgeS, Bondy retrouve une librairie après 7 ans de disette
4 min de lecture

Avec Les 2 GeorgeS, Bondy retrouve une librairie après 7 ans de disette

Voilà sept ans que la ville de Bondy en Seine-Saint-Denis n'avait plus de librairie, mais grâce à Clara et Audrey ces sept ans de malheur prennent fin. "On lit dans le 9-3", lancent les deux libraires.

Une librairie en France (illustration)
Une librairie en France (illustration)
Crédit : AFP
Avec Les 2 GeorgeS, Bondy retrouve une librairie après 7 ans de disette
05:19
Avec Les 2 GeorgeS, Bondy retrouve une librairie, après 7 ans de disette
05:19
Isabelle Choquet

C'est un conte soufi du XVIe siècle qui est en train d'embraser l'Inde du XXIe siècle. L'histoire d'une reine du Rajasthan, qui a préféré s'immoler comme une héroïne grecque plutôt que de tomber entre les mains de l'envahisseur musulman. Cette histoire est devenue un film, Padmaavat, avec dans le rôle principal une beauté bollywoodienne : Deepika Padukone. Séduisante, talentueuse... En 10 ans, elle est devenue l'une des comédiennes les plus bankable du cinéma indien. 1,5 million d'euros de cachet à chaque film.

Elle fait rêver les trois-quarts du pays, mais aujourd'hui, sa tête est mise à prix. 50 millions de roupies, soit 635.000 euros, dans un pays où le salaire mensuel ne dépasse pas 220 euros par mois. Mise à prix parce que les extrémistes hindous du Rajput n'ont retenu qu'une chose : dans ce film, un musulman regarde une hindoue, une hindoue regarde un musulman. Il y a là la possibilité d'une histoire d'amour. Sacrilège.

Dès le début du tournage, la haine était à l'œuvre. Les Rajput ont saccagé le plateau et terrifié l'équipe. Le réalisateur a eu beau répéter qu'aucune séquence ne montre le début d'un rapprochement entre la reine et l'envahisseur, rien à faire,  la colère est aveugle. "Les femmes démoniaques doivent se faire couper le nez", a lancé le chef des forcenés en appelant à brûler les cinémas.

Le film est sorti le 25 janvier, avec un mois de retard. À partir de là, l'hystérie s'est déchaînée. Il y a eu des voitures brûlées, des centres commerciaux vandalisés, une école attaquée parce que les élèves avaient repris en chœur une chanson du film. Des milliers de policiers anti-émeutes sont désormais mobilisés pour protéger les cinémas. Et le public fait de la résistance : Padmaavat a engrangé 2,5 millions d'euros dès le jour de sa sortie. Récit à retrouver dans Paris Match.

Bondy retrouve une librairie

À lire aussi

Pour un conte indien ou un roman contemporain, on peut désormais pousser la porte des 2 GeorgeS. Les deux GeorgeS pour George Sand et George Orwell. C'est le nom d'une librairie qui vient d'ouvrir à Bondy en Seine-Saint-Denis. Plus précisément, c'est le nom de LA librairie de Bondy, parce qu'il n'y en a qu'une, et cela faisait sept ans qu'il n'y en avait pas du tout.

Les libraires s'appellent Clara et Audrey, elles se sont connues au rayon Savoirs techniques de la Fnac Saint-Lazare. L'une vient de Gagny, l'autre de Bobigny. La Seine-Saint-Denis, c'est chez elles. Et ras le bol des clichés ! "On lit dans le 9-3", disent-elles. "On en a marre de cette image d'inculte collée aux habitants du département."

Une banque leur a refusé un prêt précisément parce qu'elles voulaient s'installer à Bondy. Mais elles ont bataillé. Et les voilà, pimpantes dans leur robe à fleurs au milieu de leurs 8.000 références. Visité guidée dans le magazine Grazia cette semaine. Les 2 GeorgeS, c'est un canapé club, des chocolats sur le comptoir, un surprenant portrait de David Hasselhoff près de la caisse. Et des résumés de livres faits maison, façon fait divers.

Les deux libraires savent bien que ce n'est pas gagné. Chez elles, les clients dépensent 20 euros en moyenne, c'est beaucoup moins qu'à Paris. Mais il y a une vraie attente. Pour info, dans toute la Seine-Saint-Denis, il n'y a que 15 librairies indépendantes.

Qui veut travailler dans l'Antarctique ?

Si vous n'avez pas froid aux yeux, sachez que l’institut polaire français Paul-Émile Victor de Brest recherche une quarantaine de volontaires pour ses bases scientifiques dans l'Antarctique. Toutes les précisions sont dans Aujourd'hui.

Votre mission, si vous l'acceptez, sera d'assurer la maintenance scientifique et technique autour du pole. Par exemple sur les îles Kerguelen. Profils recherchés : des ingénieurs informaticiens, des mécaniciens, des plombiers chauffagistes, des tourneurs fraiseurs. Mais aussi des boulangers, des biologistes ou des vétérinaires, pour soigner les éléphants de mer ou les manchots. C'est sûr ça change des caniches et des hamsters.

Dix CDD pour les postes très qualifiés et un statut de volontaire du service civique pour les autres. À part le CV, une condition : être en parfaite santé physique et mentale. Exit les diabétiques, les cardiaques et les dépressifs. Il faut être capable de tenir pendant des mois avec quelques dizaines de personnes qu'on n'a même pas choisies. Mais il y a des moments magiques. Un ancien se souvient de ce jour où, à cause d'une panne électrique, toute l'équipe a dû s'éclairer aux aurores australes.

L'aide à la conduite, n'aide pas sur tout

Serions-nous devenus dépendants de nos voitures ? Oui répond le Figaro. Le quotidien s'est procuré une étude inédite sur les dispositifs d'aide à la conduite. Les chercheurs ont mesuré la capacité des automobilistes à reprendre le contrôle de leur véhicule équipé d'un régulateur de vitesse adaptatif ou d'une assistance au maintien dans la voie de circulation.

Pour cette étude, "soixante sujets" âgés de 20 à 60 ans ont accepté de se prêter au jeu sur autoroute au cours d'un trajet de 53 kilomètres. Les résultats font frémir : le temps de réaction qui a "plus que doublé par rapport à une conduite sans assistance, des dizaines de mètres parcourus qui souvent mènent tout droit à l'accident".

Pour les chercheurs, c'est sans doute "le signe d'un manque d'attention et d'un état d'hypovigilance du conducteur liés à la conduite semi-assistée". En clair, nous comptons trop sur la technologie, et nous oublions l'humain.

Mondial de foot, hymne canadien et moustache

Quelque chose à ajouter ? Plein de choses. Sachez que le Mondial de foot en Russie est menacé par une invasion de criquets qui boulottent les pelouses des stades. C'est à lire dans le Figaro.

Vous saurez en lisant Le Monde que l'hymne canadien a été modifié pour devenir neutre. Comme si dans La Marseillaise on chantait "égorger nos fils, ou nos filles et nos compagnes ou nos compagnons".

Dans l'Équipe, vous apprendrez que Yannick Noah a envoyé trois textos et passé deux coups de fil en 20 minutes pour trouver un remplaçant à Tsonga pour la Coupe Davis. Gros coup de speed.

Vous saurez aussi que le sélectionneur du XV de France, Jacques Brunel, est prêt à se raser la moustache si les Bleus font le grand chelem. Et ça n'est pas arrivé depuis 78. On parle de la moustache rasée. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/