2 min de lecture Emirats Arabes Unis

VIDEO - Aux Émirats, la pluie se provoque avec des fusées

Des fusées injectent des cristaux de sel dans les nuages pour augmenter la condensation et liquéfier les nuages.

>
En 2010, quatre jours de fortes pluies par ensemencement des nuages ont apporté l'équivalent de la production de neuf ans d'une usine de dessalement à Abou Dhabi Crédit Image : AFP Mumen Khatib | Crédit Média : AFP Mumen Khatib | Date :
Yannick Sanchez
et AFP

Aux Émirats, tous les moyens sont bons pour capter de l'eau. Aussi, quand le ciel semble clément, des appareils décollent pour larguer des fusées qui injectent des cristaux de sel dans les nuages, afin d'augmenter la condensation et de liquéfier les nuages. Au sol, les spécialistes du Centre national de météorologie et de sismologie (CNMS), qui dirigent ce programme d'ensemencement un peu spécial, surveillent l'évolution de la météo pour signaler aux pilotes le moment opportun pour un départ en mission.

La pratique n'est pas nouvelle. C'est un chimiste de chez General Electric (GE),Bernard Vonnegut, qui en 1946 a inventé le processus d'ensemencement des nuages. D'abord utilisé dans le domaine militaire dans les années 60 et notamment pendant la guerre du Vietnam, des opérations d'ensemencement civil sont régulièrement effectuées dans les États arides de l'Ouest américain.

Moins cher que le dessalement de l'eau

Aux Émirats arabes unis, cette innovation relativement récente est une aubaine. Le petit pays du Golfe persique figure en effet parmi les 10 pays les plus pauvres en eau avec 78 millimètres de pluie par an, contre 1.220 mm en Grande-Bretagne par exemple, selon les données de la Banque mondiale. Pour répondre à leurs besoins, accentués par leur rapide croissance économique, les Emirats ont principalement recours au dessalement : le pays produit 14% de l'eau de dessalement dans le monde, faisant de lui le deuxième producteur après l'Arabie saoudite voisine. 

Mais la pluie générée par l'ensemencement des nuages coûte moins cher, note le directeur des recherches au CNMS, Omar al-Yazeedi. Et ce, même si chaque fusée tirée coûte environ 35 dollars, selon un technicien, et qu'il faut ajouter les frais de maintenance des avions, le prix de chaque vol, etc. En 2010, quatre jours de fortes pluies par ensemencement des nuages ont apporté l'équivalent de la production de neuf ans d'une usine de dessalement à Abou Dhabi, souligne Omar al-Yazeedi. "Cela montre que d'énormes quantités d'eau pourraient être exploitées (...). C'est une ressource qu'on ne peut pas ignorer", dit-il. 

Des risques de pollution

À lire aussi
L'application émiratie ToTok, soupçonnée d'espionnage, de retour sur Google Connecté
L'application ToTok, soupçonnée d'espionnage, de retour sur Google

Le chercheur Arlen Huggins qui travaille au Desert Reserach Institute a noté que les ions d’argent (généralement utilisés pour ensemencer les nuages) introduits dans des aquariums à alevins de truite se révèlent capables de s’agglutiner aux branchies des poissons, inhibant ainsi leur respiration. Mais ce dernier estime que les quantité d'iodure d'argent sont infimes et n'ont pas d'impact sur l'environnement. 

En réalité peu d'études sur le coût environnemental de l'ensemencement des nuages ont été réalisées. De toute façon, résume le directeur exécutif du centre de météorologie émirati, Abdallah Al-Mandoos, "nous ne voulons pas perdre une seule goutte d'eau".  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emirats Arabes Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants