1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats à Paris : Mohamed Abrini décrit des terroristes "calmes, tranquilles"
2 min de lecture

Attentats à Paris : Mohamed Abrini décrit des terroristes "calmes, tranquilles"

Personnage clé des attentats du 13 novembre de ceux de Bruxelles, Mohamed Abrini a évoqué, dans son audition, son périple avant et après ces attaques.

les perquisitions en cours seraient en rapport avec les attentats d'une ampleur sans précédent qui ont fait au moins 120 morts à Paris le 13 novembre.
les perquisitions en cours seraient en rapport avec les attentats d'une ampleur sans précédent qui ont fait au moins 120 morts à Paris le 13 novembre.
Crédit : MIGUEL MEDINA / AFP
Maxime Magnier

Depuis la sombre journée des attentats de Bruxelles, le 22 mars 2016, la presse l'avait surnommé "l'homme au chapeau", référence aux images de vidéosurveillance de l'aéroport belge où on le voyait coiffé d'un couvre-chef. Mohamed Abrini, chauffeur des terroristes survivants du 13 novembre 2015 à Paris, est revenu dans son audition du 1er juin 2016 sur les événements qui ont précédé la vague d'attentats.

Selon ses propres déclarations, les assaillants étaient "calmes, tranquilles". "Ils préparaient à manger dans la cuisine, regardaient la télé. Je ne voyais pas de stress en eux", relate l'homme, d'après les documents que France Inter a consultés.

Et le terroriste de se rappeler l'attente à Charleroi, en Belgique, avant que le commando rejoigne la capitale française dans ce que le terroriste appelle le "convoi de la mort" avec trois voitures qui se suivent : "Tous les gars qui étaient dans l'appartement, dans le convoi, c'étaient mes derniers potes (...) Dans ma tête je sais qu'ils vont aller vers la mort. (...) C'est comme si je les accompagne vers leurs derniers instants", dit-il.

Il m'a dit que voilà c'était fait

Mohamed Abrini, après sa rencontre avec Salah Abdeslam

Quelques jours après les attaques parisiennes, Mohamed Abrini rencontre Salah Abdeslam, un des survivants du commando, qu'il décrit comme "pâle, fatigué". "Il m'a dit que voilà c'était fait", raconte-t-il. La suite de son audition se concentre notamment sur les nombreuses planques utilisées par le commando. Celle à Schaerbeek, à Jette ou encore à Forest. Cette dernière ne convient pas du tout au six personnes encore en vie. "Trop d'humidité, il fait froid, des murs en carton. Tous les soirs on entendait les galipettes du couple au-dessus", explique-t-il.

À lire aussi

S'en suit une scission du groupe : alors que Mohamed Belkaïd, Salah Abdeslam et Sofien Ayari restent dans ce dernier appartement, Mohamed Abrini, Najim Laachraoui et Ossama Krayem rejoignent une dernière planque avant les attaques du 22 mars à Bruxelles et Zaventem.

Les terroristes connaîtront finalement diverses fortunes, Mohamed Belkaïd étant tué lors d'une intervention policière dans l'habitation de Forest, alors que Salah Abdeslam et Sofien Ayari s'échapperont avant d'être arrêtés par les autorités belges quelques jours plus tard. Mohamed Abrini, pour sa part, sera arrêté le 8 avril 2016, à Anderlecht, puis incarcéré en Belgique.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/