1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats de janvier : Zarie, otage de l'Hyper Cacher, est "en colère contre la France"
2 min de lecture

Attentats de janvier : Zarie, otage de l'Hyper Cacher, est "en colère contre la France"

Zarie, 23 ans, tenait la caisse le jour où Amedy Coulibaly a tué 4 personnes lors de la prise d'otages de l'Hyper Cacher.

Un policier devant l'Hyper Cacher de porte de Vincennes, lieu de la prise d'otages d'Amédy Coulibaly (Archive).
Un policier devant l'Hyper Cacher de porte de Vincennes, lieu de la prise d'otages d'Amédy Coulibaly (Archive).
Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Traumatisée, elle n'avait jamais parlé de ce 9 janvier où Amedy Coulibaly a pris en otage l'Hyper Cacher, faisant 4 victimes. Ce jour-là, Zarie, 23 ans, remplace la caissière dans le magasin où son frère était directeur adjoint des stocks. Comme chaque année, pendant les vacances d'hiver, elle est venue donner un coup de main aux employés. "Personne ne peut comprendre ce qu'on a vécu. Ce n'était pas une prise d'otages de 4h15. C'était une seconde, puis une seconde...", raconte-t-elle dans le Parisien

Au début de la prise d'otages, elle trouve refuge sous la caisse, mais finit par être repérée par Amedy Coulibaly. "Il m'a vu et il a dit : Ah, t'es pas encore morte, toi ? Il a incliné son arme et m'a tirée dessus. J'ai senti le souffle de la balle à quelques centimètres de mon visage. Il n'avait aucune raison de me louper. Jamais je ne saurai s'il voulait me tuer ou me faire peur", détaille Zarie. 

Le cynisme de Coulibaly

Elle assiste à la mort de son ami et employé Yohan Cohen, qui a reçu une balle dans le visage, ainsi qu'à celle de deux des trois clients. Mais Zarie ne comprend pas, pour elle, il "ne peut pas tuer pour rien, il veut la caisse". Amedy Coulibaly éclate de rire. "Vous n'avez rien compris. Vous avez entendu parler de Charlie Hebdo ? Les frères Kouachi et moi, on est une même équipe", lâche-t-il. 

En baissant le rideau, j'ai réalisé que je signais mon arrêt de mort. Je me disais qu'on ne sortirait jamais, j'étais certaine de mourir là.

Zarie, rescapée de l'Hyper Cacher

Il lui ordonne ensuite d'effectuer plusieurs tâches. Elle doit fermer le rideau de fer du magasin, appeler la police, aller chercher les otages cachés au sous-sol. "En baissant le rideau, j'ai réalisé que je signais mon arrêt de mort. Je me disais qu'on ne sortirait jamais, j'étais certaine de mourir là", se remémore la jeune femme. Amedy Coulibaly rassemble ensuite les otages autour de la dépouille d'une des victimes pour montrer "ce qui arrive à ceux qui se mettent en travers de (son) chemin". Puis vient l'assaut et sa libération et celles des otages. Depuis, elle n'a pas réussi à s'en remettre. 

À lire aussi


Marquée, se déplaçant presque uniquement en taxi, elle est aujourd'hui en colère contre la France après les attentats du 13 novembre. Un "Hyper Cacher fois dix", selon elle. "Il faut croire que les morts des 7 et 9 janvier n'étaient pas assez nombreux. Il a fallu attendre des dizaines d'autres morts pour réagir et prendre conscience du danger terroriste", dénonce-t-elle. Zarie veut quitter prochainement la France pour tenter de se reconstruire et souhaite devenir sage-femme.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vo