1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats à Paris : un proche de Jawad Bendaoud, le logeur de Saint-Denis, placé en garde à vue
2 min de lecture

Attentats à Paris : un proche de Jawad Bendaoud, le logeur de Saint-Denis, placé en garde à vue

Un proche de Jawad Bendaoud, qui a fourni le logement de Saint-Denis à deux auteurs des attentats de Paris, a été arrêté dans les Hauts-de-Seine mardi 1er décembre

L'immeuble de l'appartement visé par l'assaut de Saint-Denis, mercredi 18 novembre
L'immeuble de l'appartement visé par l'assaut de Saint-Denis, mercredi 18 novembre
Crédit : AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

L'enquête sur les attentats perpétrés à Paris et Saint-Denis continue. Un proche de Jawad Bendaoud, qui a fourni le logement de Saint-Denis à deux auteurs des attentats de Paris, dont Abdelhamid Abaaoud, a été arrêté ce mardi 1er décembre avant d'être placé en garde à vue, ont indiqué à l'AFP des sources policière et proche de l'enquête. Comme l'a révélé iTÉLÉ, cet homme de 25 ans, Mohamed S., a été arrêté dans les Hauts-de-Seine.

Il est soupçonné d'avoir été un intermédiaire entre la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, qui lui cherchait un abri de repli, et Jawad Bendaoud, présenté comme un "marchand de sommeil" de Saint-Denis, selon une source proche de l'enquête.
Jawad Bendaoud a été incarcéré mardi 24 novembre. Il a été mis en examen notamment pour association de malfaiteurs criminelle en relation avec une entreprise terroriste, détention en bande organisée d'explosifs et d'armes en relation avec une entreprise terroriste. Dans l'attente d'un débat sur son maintien en détention, qu'il a sollicité, il a été incarcéré provisoirement. Une de ses amies, Hayet, avait affirmé devant les caméras de BFMTV que "vu comment l'appartement était préparé, Jawad était au courant".
Les forces de l'ordre avaient donné l'assaut dans cet immeuble insalubre du centre-ville le 24 novembre. Trois de ses occupants avaient été tués : Abdelhamid Abaaoud, figure des jihadistes francophones du groupe État islamique, sa cousine Hasna Aïtboulahcen, et un autre homme non identifié, mort en kamikaze. Ce troisième homme pourrait avoir formé, avec Abdelhamid Abaaoud et Brahim Abdeslam, le commando qui a mitraillé plusieurs terrasses de cafés et restaurants le 13 novembre, soirée où les attaques terroristes ont fait 130 morts et près de 350 blessés.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/