2 min de lecture Attentats à Paris

Attentats à Paris : l'association Génération Bataclan ne trouve pas sa place

INTERVIEWS - Génération Bataclan, qui n'est pas une association de victimes, est ignorée par la mairie de Paris, qui a choisi deux associations de familles de victimes pour mener un projet de "monument mémoriel unique" consacré aux victimes du 13 novembre.

La nouvelle façade du Bataclan, dévoilée le 27 octobre 2016
La nouvelle façade du Bataclan, dévoilée le 27 octobre 2016 Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Génération Bataclan n'est pas invitée à prendre part au projet de mémorial destiné aux familles des victimes du Bataclan. L'association est née au lendemain du 13 novembre 2015 pour rendre hommage aux familles des victimes, abattues dans la salle de concert lors des attentats de Paris. "Nous n'avons pas réussi à installer un dialogue avec les deux associations qui sont aidées par la mairie de Paris, et les gens sont partis en disant des horreurs sur nous alors qu’on ne fait pas ça pour gagner de l’argent ou être reconnus, mais pour être solidaires des familles de victimes", déplore Olivier Legrand, fondateur de Génération Bataclan, joint par RTL.fr

De son côté, la Ville de Paris, jointe également par RTL.fr, assume le choix qu'elle a fait de se rapprocher de deux associations de victimes. "Le 13 novembre ne doit être sujet ni à des polémiques, ni à des tentatives de récupération, tente-t-elle d'apaiser. Il existe aujourd’hui deux associations de victimes officiellement reconnues, Life for Paris et 13 novembre : Fraternité et Vérité. Elles sont seules légitimes à parler au nom des familles et des rescapés. (...) Nous demandons à Génération Bataclan de respecter ces deux associations et, à travers elles, l’ensemble des disparus et des blessés". 

Pour "un consensus avec tout le monde"

"Si les initiatives citoyennes ont tout à fait leur place dans le travail de mémoire, elles ne peuvent être conduites sans associer et tenir compte de l’avis de Life for Paris et 13 novembre : Fraternité et Vérité", poursuit la Ville de Paris. Fin octobre, celle-ci a annoncé qu'elle souhaitait s'investir, à leurs côtés, dans la préparations des commémorations du premier anniversaire des tragiques attaques, ainsi que dans un projet de "monument mémoriel unique" pour rendre hommage aux personnes ayant perdu la vie dans la salle de concert. Le projet prévoit un groupe de travail réunissant chercheurs, historiens ou encore architectes des Bâtiments de France pour voir aboutir le tout. 

Génération Bataclan se sent donc esseulée. "Les deux autres associations ne reconnaissaient pas notre projet parce qu’au début, on était des citoyens, pas directement impliqués dans les attentats. Mais depuis, des familles de victimes sont venues nous rejoindre", se défend Olivier Legrand. Nous ne sommes pas une association de victimes mais une association de citoyens qui avons été touchés par ce qu'il s’est passé". L'association avait recueilli "13.000 euros de dons", selon Le Parisien. L'appel à projets de Génération Bataclan avait par ailleurs généré 54 croquis de monuments. "Nous n'utilisons pas les dons pour fonctionner. L’argent que l’on récolte, c’est pour le monument. Nous avons voulu, avec trois copains, montrer qu’on était solidaires avec ce qui nous touchait tous, alors nous sommes déçus", affirme Olivier Legrand. Pour éviter que le ton monte autour d'un sujet si sensible, Génération Bataclan propose "un consensus avec tout le monde".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Anne Hidalgo Hommage
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants