1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats à Paris : le patron de Casa Nostra accuse un cousin éloigné d'avoir vendu ses images de télésurveillance
1 min de lecture

Attentats à Paris : le patron de Casa Nostra accuse un cousin éloigné d'avoir vendu ses images de télésurveillance

REPLAY / TÉMOIGNAGE - Dimitri Mohamadi, le patron de la Casa Nostra suspecté d'avoir vendu les images de vidéosurveillance à un média britannique s'explique.

Le Daily Mail diffuse des images de l'attaque contre le restaurant Casa Nostra pendant les attentats de Paris le 13 novembre 2015
Le Daily Mail diffuse des images de l'attaque contre le restaurant Casa Nostra pendant les attentats de Paris le 13 novembre 2015
Crédit : Capture d'écran / Daily Mail
Le patron de Casa Nostra accuse un cousin éloigné
00:56
Jacques Serais & Ludovic Galtier

Le Daily Mail a été le premier média à diffuser des images de l'attentat du 13 novembre perpétré dans le restaurant Casa Nostra dans le XIe arrondissement de Paris. Le 22 novembre, Djaffer Ait Aoudia, ancien journaliste de France 2, Arte et Mediapart, a révélé dans Le Petit Journal de Canal + que les images de vidéosurveillance sur lesquelles on voit les jihadistes tirer sur les clients ont en réalité été achetées par le quotidien britannique pour la modique somme de 50.000€. Présent dans le restaurant le 14 novembre pour dresser le portrait du patron, il a assisté à toute la transaction. Les enchères ont débuté à 12 000€. La vente a été conclue à 50.000€.

"Si je prends cet argent sur le sang des autres, comment je peux vivre"

Dimitri Mohamadi, patron de la Casa Nostra

Interrogé au micro de RTL, Dimitri Mohamadi, le patron de l'établissement, s'en défend. "Je n'ai pas accepté l'argent. C'est de l'argent sale. Je lui ai dit (au journaliste britannique, ndlr) que je n'avais pas besoin de cet argent, que je le gagne au restaurant", lance-t-il avant de revenir sur les conséquences que cette décision aurait pu avoir sur l'image du restaurant : "Imaginez, si les gens apprennent qu'on a vendu des images pour de l'argent..."


Dimitri Mohamadi dit ne pas avoir accepté cet argent pour des raisons morales. "Si je prends cet argent sur le sang des autres, comment je peux vivre ? Je ne pourrais pas. Je n'ai pas touché un centime et je ne suis au courant de rien." Qui a donc empoché cet argent? "Des gens que je connais, de la famille. Un cousin éloigné qui avait les clés. J'ai porté plainte, c'est très choquant. J'arrive à peine à me remettre de ce qui s'est passé", termine le patron.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/