2 min de lecture Terrorisme

Attentats à Paris : comment éviter le piège tendu par l'État islamique, qui veut la guerre

REPLAY - La France, qui veut "détruire" l'État islamique, a intensifié ses frappes aériennes après les attentats du 13 novembre. Beaucoup de spécialistes doutent de cette stratégie.

Rémi Sulmont RTL vous en parle déjà Rémi Sulmont
>
Attentats à Paris : comment éviter le piège tendu par l'État islamique, qui veut la guerre Crédit Média : Rémi Sulmont | Durée : | Date : La page de l'émission
Rémi Sulmont
Rémi Sulmont et Loïc Farge

Beaucoup de nos spécialistes du monde arabe s'inquiètent du "discours de guerre" brandi depuis les attentats du 13 novembre. "Attention !", nous disent nos chercheurs. Ceux qui pour nous, toute l'année et depuis des années, étudient les sociétés syriennes et irakiennes. Ceux qui habitent ou qui séjournent régulièrement dans le monde arabe. Ceux qui parlent arabe et qui ont fait profession de nous aider à comprendre et à décider. "Attention !, nous disent-ils, dans la commotion des attaques, à ne pas tomber dans le piège que nous tend l'État islamique".

"Attention !, nous disent-ils. Ce que veulent les commanditaires des attaques, c'est d'abord fragmenter notre société française, attiser les tensions avec les musulmans". Le passeport syrien sur l'un des kamikazes du Stade de France semble fait exprès.

Les frappes, une réponse à court terme ?

Le professeur Jean-Pierre Filiu avait raison avant les autres. Il nous avait prévenus de la montée de l'État Islamique et des attentats. L'historien, spécialiste des mouvements jihadistes, nous annonce aujourd'hui que le groupe terroriste veut :
1/ Que la France "tue des musulmans pour créer la guerre civile" chez nous ;
2 / Pousser la France à mettre des troupes au sol. Ce serait "aussi fou que l'invasion de l'Irak par George Bush" et "cela fabriquerait d'autres jihadistes et d'autres kamikazes".

À lire aussi
La mosquée al-Nour à Christchurch a été visée par un attentat le 15 mars 2019 Nouvelle-Zélande
Attentat de Christchurch : l'auteur présumé de la tuerie plaide non-coupable

Frapper le fief de l'État islamique, comme le fait la France, n'est donc pas la bonne réponse ? Certains chercheurs soutiennent cette stratégie. Mais beaucoup nous rappellent que les bombardements seuls ne viendront pas à bout de Daesh.

"Il ne faut pas avancer bille en tête"

Laurent Bonnefoy, chercheur au Ceri
Partager la citation

La solution militaire apparaît comme une réponse à court terme, explique Laurent Bonnefoy, chercheur au Centre de recherches internationales (Ceri), spécialiste de la péninsule arabique. "La logique qui voudrait que la seule réponse à apporter soit davantage de bombardements me semble fausse. Cela ne veut pas dire que dans certaines configurations les bombardements soient par nature une mauvaise solution. Mais il ne faut pas avancer bille en tête", prévient-il.

Pour lui, il faut "tirer les conséquences des échecs du passé, comme en Irak et en Afghanistan". L'engrenage est connu. Le problème ce sont les pertes civiles qu'engendrent ces raids. Plus il y a d'erreurs, plus la population se radicalise.

Aider les révolutionnaires syriens ?

Pour lutter contre l'État islamique, nos chercheurs nous appellent à réfléchir, surtout quand l'émotion nous submerge. Ensuite, ils recommandent principalement qu'on aide les forces modérées en Syrie. Celles qui se sont levées à la fois contre la dictature de Bachar al-Assad et contre l'État islamique. Ils existent encore. Ils sont environ 80.000.

Aider ces révolutionnaires syriens "reste et restera la seule issue valable". Si on les arme de façon massive - ce que l'Occident n'a jamais voulu faire -, ils auront les moyens de commencer à détruire où au moins repousser l'État islamique.

Depuis le 13 novembre, ce n'est pas le chemin que prend la France, qui se rapproche de Poutine et donc de Bachar al-Assad. "Le problème, s'inquiète Mathieu Rey, maître de conférence au Collège de France, c'est que François Hollande risque de se faire happer par une vague émotionnelle qui exige de lui une vengeance plutôt qu'une politique".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Attentats à Paris Daesh
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7780560573
Attentats à Paris : comment éviter le piège tendu par l'État islamique, qui veut la guerre
Attentats à Paris : comment éviter le piège tendu par l'État islamique, qui veut la guerre
REPLAY - La France, qui veut "détruire" l'État islamique, a intensifié ses frappes aériennes après les attentats du 13 novembre. Beaucoup de spécialistes doutent de cette stratégie.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/attentats-a-paris-comment-eviter-le-piege-tendu-par-l-etat-islamique-qui-veut-la-guerre-7780560573
2015-11-19 11:27:15
https://cdn-media.rtl.fr/cache/KjHRhcSiOQic9qi8svacfw/330v220-2/online/image/2015/0821/7779463418_remi-sulmont.jpg